Transport et infrastructures

Les grands chantiers entre Nîmes et Montpellier ouvrent 26 fenêtres sur le passé

Mots clés : Conservation du patrimoine - Fenêtre - Réseau routier - Transport ferroviaire

Le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier et le déplacement de l’autoroute A9 au sud de Montpellier, deux méga-chantiers en voie d’achèvement, ont ouvert aux archéologues de l’Inrap un champ d’investigation d’une envergure exceptionnelle. Les résultats de ces fouilles sont présentés dans le cadre d’une exposition intitulée « Circulez, y a tout à voir ! Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier », qui a ouvert ses portes, mercredi 17 mai, à Lattes, près de Montpellier.

Entre Nîmes et Montpellier, deux chantiers d’infrastructures de transport ont permis un formidable voyage dans le passé. Le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier, piloté par Bouygues TP via le groupement Oc Via (1,8 milliard d’euros), et le déplacement de l’autoroute A9 au sud de Montpellier, conduit par Vinci Autoroutes (800 millions d’euros), ont été réalisés quasi-simultanément sur un même territoire. Les deux opérations ont donné lieu à des programmes de recherche archéologique coordonnés, portant sur plus de 100 km de linéaire cumulé et sur un périmètre de quelque 1 200 ha. La phase de diagnostic a mis au jour une centaine de sites, s’échelonnant de la préhistoire au Moyen Age. Vingt-six d’entre eux ont fait l’objet de fouilles préventives entre 2012 et 2014.

 

499 galets

 

Le site le plus ancien, mis à jour dans le Gard, remonte au Paléolithique, à une période située entre 300 000 et 600 000 ans avant notre ère. Il a livré 499 objets lithiques, principalement des galets taillés dont un biface, mais aussi quelques outils en silex. « C’est la première fois que l’on découvre un tel site dans cette région, souligne Jean-Yves Breuil, ingénieur chargé de recherche à l’Inrap, coordinateur des opérations Grands Travaux menés dans le Gard et l’Hérault. Nous n’avions jusqu’ici pour cette période que quelques vestiges épars, ramassés en surface. D’un seul coup, nous accédons à un gisement homogène d’une exceptionnelle richesse, avec la certitude que tous ces outils, aussi divers soient-ils, ont été fabriqués par un même groupe humain. »

Une quinzaine de sites fouillés datent de l’époque Néolithique, qui débute 6000 ans avant notre ère, à l’époque où les chasseurs-cueilleurs nomades se sédentarisent progressivement en devenant agriculteurs-éleveurs. Les découvertes faites sur ces sites apportent un éclairage nouveau sur la vie quotidienne de ces populations, et en particulier sur leurs pratiques funéraires. Le site de Saint-Pastour, à Vergèze (Gard), a révélé, par exemple, un ensemble de trois monuments funéraires vieux de 3 500 ans, dont une sépulture collective de 47 mètres de diamètre. « Dans le Sud-Est de la France, c’est une découverte totalement inédite, s’enthousiasme un chercheur. Un monument de cette taille, qui était alors couvert de dalles de pierre, a dû mobiliser une main-d’œuvre importante au service de quelques individus, ce qui traduit une certaine hiérarchie sociale au sein de cette société. »

 

900 squelettes

 

D’importantes découvertes concernent également l’époque médiévale, avec trois sites emblématiques qui témoignent de la diversité de l’habitat et apportent des connaissances nouvelles sur la naissance du village languedocien. Le site de Missignac, à Aimargues (Gard), a permis d’examiner près de 900 squelettes. « Cette étude montre une population qui était soumise à un dur labeur mais qui avait également accès aux soins et vivait dans des conditions somme toute assez proches de celles que connaissaient les habitants des campagnes avant la révolution industrielle, relève Diane Dusseaux, directrice du site archéologique Lattara, qui organise l’exposition « Circulez, y a tout à voir! » (voir encadré). On découvre également des vestiges d’activités artisanales qui dépassent le cadre domestique et témoignent d’échanges de marchandises et de savoir-faire. Cela bat en brèche certains clichés véhiculés par la littérature et le cinéma concernant les modes de vie au Moyen Age. »

D’une manière générale, les fouilles réalisées témoignent d’une grande continuité dans l’occupation de l’espace au cours des millénaires. « L’aménagement du territoire, dont relèvent ces deux grands chantiers d’infrastructures que sont la LGV et le déplacement de l’A9, s’inscrit dans une longue histoire, analyse Jean-Yves Breuil. Celle-ci commence il y a 8 000 ans, avec des défrichements, des mises en culture et une réelle biodiversité. Nous sommes face à un paysage construit et relativement diversifié. L’idée nouvelle, c’est cette précocité de l’aménagement du territoire. On a souvent tendance à penser que l’impact des activités humaines sur la nature est récent. Ce n’est pas le cas. »

 

 

En savoir plus

« Circulez, y a tout à voir ! Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier »

L’exposition présentant les résultats des fouilles menées entre 2752851612 et 2752851614 sur l’emprise des deux chantiers sera visible jusqu’au 5 février 2752851618 sur le Site archéologique Lattara – musée Henri-Prades, à Lattes, près de Montpellier. Elle est organisée par la métropole de Montpellier, propriétaire du musée, en partenariat avec la Drac Occitanie et l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), et avec le soutien des maîtres d’ouvrage des deux chantiers d’infrastructures, Oc’Via et Vinci Autoroutes. L’exposition propose un voyage dans le temps en six grandes étapes : l’environnement des chasseurs-cueilleurs dans les Costières nîmoises ; l’organisation du territoire languedocien au Néolithique ; pratiques et rites funéraires au Néolithique ; les pratiques funéraires à l’âge du Fer ; un paysage structuré : la campagne gallo-romaine ; sociétés médiévales et nouveau visage de la plaine languedocienne.

Site Lattara, 397528516 route de Pérols, Lattes.

http://museearcheo.montpellier3m.fr/

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X