Projets

Les finalistes pour le centre orthodoxe russe à Paris sont archiconnus

Les noms des dix équipes retenues en phase finale du concours international d’architecture pour la construction d’un centre spirituel et culturel orthodoxe russe dans le 7e arrondissement de Paris ont été dévoilés le 10 décembre.

Au départ, ils étaient 444 candidats ; au final, il n’en restera qu’un ! Un architecte pour concevoir et réaliser le centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris (7e). Son nom se trouve dans la liste des dix finalistes au concours international (voir ci-dessous), dévoilée le 10 décembre à Paris par le président du jury, Vladimir Kozhin, également directeur général des affaires du président de la Fédération de Russie. En février dernier, à la suite d’un appel d’offres lancé par l’Etat français, la Fédération de Russie a acquis au mieux-disant le bâtiment situé à l’angle du quai Branly et de l’avenue Rapp (siège de Météo France). C’est là qu’elle souhaite implanter son projet. Question budget, le chiffre reste top secret. « Il est aujourd’hui impossible de communiquer le montant des travaux, car les dix projets comportent autant de styles que de coûts différents », a commenté Vladimir Kozhin. En revanche, la date de démarrage du chantier de construction est annoncée pour « janvier 2012 ». Le promoteur Nexity aidera le maître d’ouvrage concernant les « points techniques » de l’opération.

« Une étape symbolique pour l’architecture orthodoxe russe »

Dans le détail, le futur centre spirituel et culturel orthodoxe russe comprendra notamment une église, des logements pour séminaristes, des salles polyvalentes et une bibliothèque. Pour Monseigneur Marc, ce concours marque « une étape symbolique pour l’architecture orthodoxe russe ». Il confesse avoir noté des « projets intéressants faisant la synthèse entre l’architecture traditionnelle russe et l’architecture moderne occidentale ». Il remarque aussi des « défauts » chez certains concepteurs. Aux Russes, il reproche la tentation de « reproduire les cathédrales existantes » dans leur pays. Aux Occidentaux, il critique leur « absence de connaissance sur la construction d’église dans le monde orthodoxe », et plus particulièrement sur leur aménagement intérieur « non-conforme aux canons » établis. A Paris, un conseiller de la mairie du 7e arrondissement avoue que la « préoccupation des habitants est d’éviter une architecture agressive et provocatrice ». Ils pourront en juger lors d’une brève exposition les 18 et 19 décembre prochains à la résidence de l’ambassadeur de Russie (79, rue de Grenelle, 75007, Paris). La primeur de voir les projets ayant été réservée à l’Elysée et au Kremlin. Le lauréat devrait être désigné « avant mars 2011 » par le jury franco-russe, après étude des plans détaillés et maquettes.

 

 

Focus

Les dix équipes retenues à l'issue du premier tour du concours international

– Sade (Manuel Nunez Yanowsky/Miriam Teitelbaum) et Arch Group (équipe binationale)
– Frédéric Borel & Associés (équipe française)
– Studio Architecture (équipe russe)
– Elena Lenok (équipe russe)
– Agence architecture Anthony Béchu (équipe française)
– Mikhail Filipov et Wladimir Mitrofanoff (équipe russe)
– Rudy Ricciotti et Ginger Sechaud Bossuyt (BET) (équipe française)
– Vega Architecture (équipe russe)
– Dumont Legrand Architectes et Gec Ingenierie (BET) (équipe française)
– Wilmotte & Associés et Mosproekt 2 (équipe binationale)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X