Immobilier

Les époux Blair s’endettent au maximum

Tony Blair et son épouse Cherie ont signé des emprunts de 5,8 millions d’euros pour leurs propriétés immobilières, à l’extrême limite de leurs capacités de remboursement actuelles, affirme le quotidien Daily Mail samedi, chiffres officiels à l’appui.

Selon les données officielles enregistrées au Land Registry, le couple Blair a signé un emprunt de 3,467 millions de livres (5,03 millions d’euros) pour sa maison de Connaught Square, au centre de Londres, en 2004.
Une somme à laquelle il faut ajouter 472.500 livres (685.000 euros) d’emprunts pour deux appartements achetés à Bristol (sud-ouest de l’Angleterre) en 2002, ainsi qu’une somme non révélée pour le renouvellement de leur emprunt pour l’achat de leur maison de Trimdon Colliery, dans la circonscription électorale du Premier ministre, dans le nord-est du pays, en 1983.

Selon les experts immobiliers consultés par le Daily Mail, les remboursements mensuels du couple Blair pour ces quatre emprunts sont au minimum de 16.000 livres (23.200 euros) par mois. Soit à la limite de leurs capacités financières actuelles.

A côté de son salaire annuel de Premier ministre et de député, de 183.392 livres, M. Blair peut certes compter sur les revenus de son épouse, avocate de profession.
Problème, souligne le Daily Mail, celle-ci est de moins en moins souvent à son cabinet. Selon les chiffres officiels, Mme Blair n’a ainsi touché que 26.448 livres (38.300 euros) en 2003-04 contre 178.068 livres (258.000 euros) en 1999-2000.

Les finances du couple Blair sont d’autant plus tendues qu’ils sont sur le point de perdre leur locataire de Connaught Square, la maison qu’ils se sont achetée pour leurs vieux jours, quand ils seront contraints de déménager de leur résidence actuelle, au 11 Downing Street.

Après avoir conservé cette maison vide pendant plusieurs mois, le Premier ministre avait certes réussi à la louer à une connaissance, le réalisateur de cinéma Michael Caton-Jones, début 2005. Mais celui-ci, sur le point de déménager, payait un loyer de seulement 2.000 livres (2.900 euros) par semaine, soit la moitié seulement de la somme espérée au départ par les Blair.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X