Collectivités territoriales

Les EPL épousent les nouvelles régions

Mots clés : Economie mixte - Etat et collectivités locales

Les fédérations régionales des entreprises publiques locales (EPL) de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ont scellé leur union jeudi 24 novembre 2016 à Narbonne (Aude) pour former la fédération des EPL d’Occitanie.

Les fédérations régionales des entreprises publiques locales (EPL) de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ont scellé leur union jeudi 24 novembre 2016 à Narbonne (Aude) pour former la fédération des EPL d’Occitanie. Ce mariage amorce un mouvement de recomposition au sein des nouvelles régions qui devrait trouver son aboutissement le 26 janvier 2017, avec le regroupement des fédérations des EPL du Grand Est. « Le premier enjeu de ces fusions est d’installer un interlocuteur légitime auprès des nouvelles régions, explique Florian Poirier, responsable du pôle collectivités locales au sein de la Fédération nationale des EPL. Avec la loi NOTRe, les régions cessent d’être des collectivités de prospective ou de planification pour devenir des opérateurs de service public, qu’il s’agisse des transport, du développement économique ou de l’efficacité énergétique. Elles vont donc avoir besoin d’acteurs capables de mettre en musique ces nouvelles compétences. Un autre enjeu est celui de l’identité. Les fédérations régionales sont des espaces d’échange ou les élus de terrain se retrouvent pour partager leurs projets. Elles peuvent contribuer à forger une nouvelle identité régionale. »

La nouvelle fédération des Sem d’Occitanie aura son siège à Narbonne, à mi-distance entre les métropoles de Toulouse et de Montpellier. Elle sera co-présidée pendant un an par les présidents des deux fédérations fusionnées, Didier Aldebert, président de la Sem Alenis (Narbonne), et Gilles Broquère, président d’Oppidea (Toulouse). « Ensuite, un nouveau bureau désignera son président, explique Didier Aldebert. Nous avons retenu le principe d’une présidence tournante entre les deux ex-régions. »

La nouvelle organisation fédère 94 sociétés d’économie mixte (Sem) et 26 sociétés publiques locales (SPL). Ces structures totalisaient en 2015 un chiffre d’affaires de 532 millions d’euros. « Les EPL se caractérisent par  leur souplesse et leur capacité d’adaptation, souligne Didier Aldebert. Il était normal qu’elles s’adaptent rapidement à la nouvelle carte territoriale. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X