Entreprises de BTP

Les entreprises de travaux publics « réellement optimistes » pour 2018

Mots clés : Entreprise du BTP - Travaux publics

Les entrepreneurs de travaux publics tablent sur une activité en hausse de 4% l’an prochain grâce à des prises de commandes dopées par le Grand Paris.

Merci qui ? Merci le Grand Paris Express. Avec une hausse prévue de l’activité de 4 % en 2018 tirée par les chantiers de construction du futur métro, les entrepreneurs de travaux publics se disent « réellement optimistes pour la première fois depuis dix ans ».

L’impact des travaux du GPE se fait d’ailleurs déjà sentir depuis plusieurs mois. Les prises de commandes ont en effet progressé de 7,6% sur le secteur depuis le début de l’année, avec un « effet Grand Paris » important, constate la Fédération nationale des travaux publics. Et dans les 4% de croissance espérés en 2018, 1,2 point sera dû aux seuls chantiers du Grand Paris Express: ils représenteront 500 millions d’euros de chiffre d’affaires de plus qu’en 2017.

 

Les métropoles régionales en tension

 

Outre ce projet, le plus gros chantier d’infrastructures en Europe avec 25 milliards d’euros d’investissements sur 10 à 15 ans, une « accélération » est aussi constatée dans certaines métropoles régionales où démarrent des projets de transport urbain.

Conséquence, 2018 devrait-elle être la première année de créations nette d’emplois permanents depuis 7 ans, sur un secteur qui a perdu 30.000 salariés depuis 2008. Et si l’Ile-de-France a un « effet aspirateur » pour la main d’œuvre des régions limitrophes, des « difficultés de recrutement » apparaissent aussi d’ores et déjà, dans les grandes métropoles.

Au vu de ces signaux positifs, le moral des chefs d’entreprises du secteur s’améliore depuis quatre trimestres : ils se disent plus confiants vis-à-vis de leurs perspectives d’activité, non seulement auprès de la clientèle privée mais aussi désormais, des collectivités locales.

De fait les appels d’offres pour des marchés publics progressent de 3,2% à fin septembre. Les collectivités locales, premiers clients des entreprises de TP dont elles génèrent 41% de l’activité, ont reconstitué des marges de manœuvre financière et vont bénéficier d’un maintien des dotations. Mais elles seront « maintenues sous contrainte par l’Etat », souligne la FNTP. La reprise de l’investissement local est d’ailleurs restée « très molle » cette année: +0,6%, selon le projet de loi de finances.

La FNTP table toujours sur un chiffre d’affaires de 36,6 milliards d’euros, en hausse de 2,5% en 2017. Le redémarrage aura été « plus lent qu’espéré » car la réorganisation des intercommunalités a causé de nombreux reports de chantiers au début de l’année.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X