Performance énergétique

Les énergies renouvelables ont plus que jamais la confiance des Français

Mots clés : Energie renouvelable

Le baromètre 2016 de Qualit’EnR démontre un effondrement de la confiance dans les énergies fossiles et nucléaires, tandis que les énergies renouvelables sont plébiscitées. Une aura qui tarde cependant à se traduire en intentions d’équipement.

Les Français aiment les énergies renouvelables. D’après la vague 2016 du baromètre réalisé depuis 2011 par OpinionWay pour Qualit’EnR, 96 % des Français souhaitent voir se développer les énergies renouvelables. Un score en progression et qui écrase toutes les autres énergies, fossiles ou nucléaires. Seul le gaz naturel reste plébiscité par une majorité de Français (65 %), mais un repli de 15 points en trois ans. Le charbon, le gaz de schiste et le fioul se situent tout en bas des préférences, avec une chute particulièrement marquée pour le charbon en cinq ans, puisqu’il est passé de 43 à 16 % de souhaits de développement dans les prochaines années. Le nucléaire enregistre lui aussi une chute spectaculaire, de 54 à 39 %. Ces résultats étonnent, dans un contexte de prix des hydrocarbures particulièrement bas. Mais la COP 21, couplée avec une sortie progressive de la morosité globale et un début d’hiver anormalement doux, ont redoré l’image des énergies renouvelables dans l’esprit des Français.

 

Equipement

 

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Car si le jugement sur les énergies renouvelables est globalement très favorable, les intentions d’investissement restent relativement basses. Elles stagnent autour de 7 % pour le poêle à bois, l’insert à bois et la chaudière bois, et autour de 10 % pour le système solaire combiné, les panneaux photovoltaïques, la pompe à chaleur, le chauffe eau solaire et les systèmes solaires combinés. Plus inquiétant, ce nouvel item testé dans l’édition 2016, qui porte sur les montants moyens que les Français seraient prêts à investir. A l’exception du photovoltaïque en autoconsommation, les chiffres annoncés sont nettement inférieurs à la réalité du coût de marché de ces énergies.

 

Solaire

 

Toutefois, André Joffre, président de Qualit’EnR, entrevoit des signaux positifs sur le solaire. Pour l’eau chaude sanitaire, les panneaux thermiques connaissent une descente aux enfers depuis plusieurs années. La reprise du marché allemand constitue pour André Joffre un signal positif, nos voisins nous précédant souvent de quelques mois en matière de tendances sur les énergies renouvelables. Quant au photovoltaïque, le président de Qualit’EnR demeure convaincu qu’il produira d’ici quelques années une énergie au coût marginal nul, ainsi que l’a souligné l’Ademe dans une étude récente. Reste que le marché doit être assaini, pour en sortir les éco-délinquants. L’association Qualit’EnR milite pour étendre l’éco-conditionnalité, en vigueur pour le crédit d’impôt, l’éco-PTZ et les certificats d’économie d’énergie, au tarif préférentiel d’achat par EDF de l’électricité photovoltaïque. Une demande qui trouve un certain écho auprès de la direction générale de l’énergie et du climat, et qui pourrait aboutir dans les prochains mois. Seuls pourraient alors revendre leur électricité les clients qui auraient fait installer leurs panneaux par des entreprises qualifiées RGE, avec QualiPV (géré par Qualit’EnR) ou autre marque équivalente.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X