Emploi / Formation

Les écoles d’ingénieurs de Lyon-Saint-Etienne font alliance

Mots clés : Conception

Seize écoles d’ingénieurs se sont regroupées pour créer l’Alliance des écoles d’ingénieurs de Lyon-Saint-Etienne. Objectif: contribuer à la réussite du projet Idex.

L’union fait la force. Ce ne sont pas moins de 16 écoles d’ingénieurs de Lyon-Saint-Etienne (*) qui viennent de se rassembler au sein de l’Alliance des Ecoles d’ingénieurs de Lyon-Saint-Etienne (AEILyS). Ces établissements qui fédèrent près de 15 000 élèves ingénieurs et 1 554 enseignants et enseignants-chercheurs vont porter des projets communs. «AEILyS sera une alliance placée sous le signe de la fédération et de la collaboration mais au sein de laquelle chaque établissement gardera ses spécificités. Les projets seront impulsés par les écoles et seront menés conjointement afin de soutenir l’Université de Lyon et le projet Idex», précise Franck Debouck, directeur de l’Ecole centrale de Lyon et initiateur du projet.

Le nouvel appel à projet Idex2, lancé en septembre 2014 par l’Agence nationale de la recherche et le Commissariat général aux investissements, vise à faire émerger une dizaine de pôles pluridisciplinaires d’excellence d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial. Et l’enjeu est de taille pour l’Université de Lyon. Sa sélection parmi les lauréats lui octroierait un financement de l’ordre de 25 millions d’euros par an.

 

Des projets portés en commun

 

Les partenaires se sont engagés sur un certain nombre d’objectifs, qui seront déclinés en projets. Dans le domaine de la formation d’ingénieur, ils devraient initier des parcours croisés, mettre en place des plateformes pédagogiques communes… Des actions communes seront également engagées dans les domaines de la recherche et des relations avec les entreprises. Pour être validé, chaque projet devra être porté par un minimum de cinq membres.

 

(*) Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (Insa Lyon), École nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne, École Centrale de Lyon, Télécom Saint-Etienne, École Catholique d’Arts et Métiers (Ecam Lyon), École nationale des travaux publics de l’Etat (ENTPE), École supérieure de chimie physique électronique de Lyon (CPE Lyon), Institut supérieur d’agriculture et d’agroalimentaire Rhône-Alpes (Isara Lyon), Vetagro Sup, École nationale d’ingénieurs de Saint-Etienne (Enise), Itech Lyon, Institut d’Optique, Conservatoire national des arts et métiers (Cnam Rhône-Alpes), Esme Sudria, École d’ingénieurs Cesi et Polytech Lyon.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X