Entreprises de BTP

Les artisans du bâtiment entrevoient un grand coin de ciel bleu

Mots clés : Artisanat

Serait-ce enfin une rupture définitive dans le cycle de baisse continue de l’activité des artisans du bâtiment depuis 2012 ? La croissance de 1% au premier trimestre, dévoilée le 21 avril par la Capeb, pourrait annoncer une réelle embellie.

On ne va pas bouder notre plaisir de constater que le bâtiment est sur la voie de la reprise. L’activité des artisans du bâtiment repart à la hausse et c’est une bonne nouvelle pour un secteur pourvoyeur d’emplois et pour l’économie en général.

Dans sa note de conjoncture publiée le 21 avril, la Capeb annonce une hausse de +1% de l’activité au 1er trimestre 2016. Ce n’est certes pas l’Eldorado, mais il faut quand même rappeler que cette croissance intervient après trois années qui avaient débuté par une baisse de l’activité : -3% en 2013, -1,5% en 2014 et -3% en 2005.

Ce redressement est principalement porté par la construction neuve qui enregistre une hausse de +1,5% en volume (contre –6% au 1er trimestre 2015). Le nombre de logements neufs augmente, avec plus de 351 200 logements commencés en février 2016 (en cumul sur 12 mois), soit une progression de +2,5% par rapport à l’année précédente. Le nombre de permis de construire déposés est également en augmentation : +7,7% sur 12 mois. Le moteur de ce dynamisme provient principalement du logement collectif (+7,1% sur un an) ; les logements individuels purs ou groupés et ceux en résidence étant en recul sur la même période. « Cette tendance dans la construction neuve devrait se poursuivre grâce au renforcement du PTZ+ et la prolongation du dispositif Pinel jusqu’à fin 2017 », estime la Capeb dans son communiqué. 

 

Rénovation énergétique : 21% d’aides de l’Etat dans le financement des travaux

 

L’activité entretien-amélioration progresse aussi au 1er trimestre mais moins vite que dans le neuf : +0,5% (contre 0% au trimestre précédent). Elle profite du dynamisme des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements qui enregistrent une hausse de +1,5%, dans un contexte de baisse du coût de l’énergie moins propice aux travaux.

Ce marché porteur, qui représente à lui seul 26 % de l’activité de l’entretien-rénovation des artisans du bâtiment, est soutenu par des aides et subventions dont la part dans le financement des travaux a augmenté de 10 points en un an (21% en janvier 2016 contre 11% en janvier 2015).

« Ces chiffres du premier trimestre 2016 tendent à démontrer l’efficacité des dispositifs d’incitations fiscales en vigueur », reconnaît la Capeb. Pour autant, son président Patrick Liébus estime que « cela ne sera pas suffisant, car pour pouvoir bénéficier de cette dynamique de reprise, il faut un retour à la confiance des ménages et des entreprises, ainsi que le soutien des banques et autres partenaires financiers ! ». Et pour cause. Bien que le solde d’opinion concernant l’évolution de la trésorerie soit supérieur à la moyenne de ces 7 dernières années, celui-ci reste négatif au premier trimestre 2016. Ainsi, 45 % des entreprises continuent de déclarer un besoin de trésorerie, en moyenne égal à 20 000 €. Or, on le sait, pour assurer le redémarrage de l’activité qui s’annonce, les besoins de trésorerie vont s’accroître. Parallèlement, les retards de paiement ne s’arrangent pas, ils sont monnaie courante pour 78% des entreprises.

 

 

Des carnets de commande plus fournis

 


Quant aux carnets de commandes, ils représentent désormais 76 jours de travail (soit 10 jours de plus qu’un an auparavant). Les perspectives de renouvellement des carnets de commande sont en légère hausse pour l’ensemble des entreprises quel que soit leur activité et leur effectif salarié (moins de 10 et de 10 à 20 salariés). Alors qu’ils se remplissent, on note un recours plus important à la sous-traitance : 23% des entreprises enregistrent ainsi une progression, contre 6% seulement qui constatent une baisse.

La Capeb relève toutefois que les régions ne sont pas logées à la même enseigne. L’Ile-de-France (-0,5%), la région Bourgogne-Franche-Comté (-1%) et le Centre (-1,5%) enregistrent un nouveau repli de leur activité alors que dans le même temps la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon progresse de 3%. Alors que l’emploi a connu une baisse de -2,7% sur un an, l’intérim progresse de 7,1% au 4e trimestre 2015 par rapport au même trimestre de l’année précédente. Un signe qui pourrait aussi augurer la reprise.

Si de nombreux signaux passent au vert, Patrick Liébus n’en reste pas moins prudent : « Dans ce contexte, certaines dispositions du projet Sapin II sont extrêmement dangereuses. Elles porteront un gros coup à nos métiers, dans un secteur qui continue de souffrir de nombreux cas de concurrence déloyale. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X