Réalisations

Les architectes japonais de Sanaa construiront le Louvre de Lens

A l’issue d’une réunion de la commission permanente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, c’est finalement le projet minimaliste des architectes du cabinet Sanaa qui a été retenu pour l’antenne du musée du Louvre à Lens (Pas-de-Calais).

Sur 120 projets présentés au départ, deux autres candidats étaient encore en lice: le cabinet de la Britannique Zaha Hadid et le Varois Rudy Riciotti.
Les trois projets finalistes étaient, dans l’ordre, le français Riciotti, l’équipe japonaise Sanaa et l’anglo-irakienne Zaha Hadid.
Vingt-deux membres de la commission ont voté pour le projet japonais et 22 contre, mais la voix du président de l’assemblée régionale, Daniel Percheron (socialiste), qui soutenait le projet nippon, est prépondérante en cas d’égalité.

« La commission a été un peu frustrée qu’il n’y ait pas plus de débats », a reconnu Daniel Percheron devant la presse après le vote, en soulignant que le projet retenu faisait preuve de « beaucoup de simplicité » et était « remarquable ».
« C’est un projet d’une grande beauté, cristallin, ouvert sur le ciel », a déclaré Jack Lang, vice-président socialiste du Conseil régional et ancien ministre de la Culture. « C’est à ma connaissance la première fois qu’une femme (Kazuyo Sejima, l’un des fondateurs du cabinet, ndlr) construira un monument public d’importance en France », a-t-il également souligné.

Le projet Saana prévoit un ensemble de bâtiments aux toits de verre et aux façades d’aluminium inscrits au coeur d’un grand parc.
L’ensemble s’étendra sur 450 mètres de long de part et d’autre d’un foyer central aux murs de verre transparent. Ce dernier, encastré dans l’entrée historique de l’ancienne fosse minière sur laquelle le musée sera construit, permettra la traversée du site sans nécessairement entrer dans le musée.
Disposés autour du foyer, plusieurs bâtiments de plain-pied accueilleront les collections, les expositions temporaires et les locaux administratifs. Pour mieux s’intégrer dans le paysage du site, ils seront habillés d’une façade hautement réfléchissante en aluminium.
Les deux principales salles des collections, situées à l’est du foyer, pourront être modifiables selon les expositions. Recouvertes d’une toiture plate en verre, elles profiteront de la lumière solaire.
Une membrane translucide servira de plafond à l’intérieur des salles pour filtrer cette lumière et exposera un motif changeant au gré des expositions.
Une galerie vitrée courant le long de ces deux salles permettra de circuler dans le parc.
Une salle de spectacle, la Scène, s’intégrera dans le site et pourra accueillir 350 places assises. La construction d’un restaurant est également prévue.

Focus

Repères



Le cabinet Sanaa (Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa) de Tokio, qui compte 24 architectes, a notamment conçu le musée d’art contemporain de Kanazawa (Japon) et l’immeuble Christian Dior à Tokyo.

Le terrain où s’érigera le musée, près du centre-ville, de la gare et du stade, est un ancien carreau de mine, aujourd’hui une butte rendue à la nature, assez isolée au milieu d’un tissu urbain dense et plat.

Le budget de 117 millions d’euros devrait être financé à hauteur de 60% par le Conseil régional, de 20% par le Fonds européen de développement régional (Feder), de 10% par le département et de 10% par la ville et la communauté d’agglomération.
Les travaux devraient être achevés fin 2008 et l’ouverture est prévue début 2009.

Lens avait été désignée pour accueillir le nouveau musée le 29 novembre 2004. Le Louvre II accueillera en permanence un fonds de plusieurs centaines d’oeuvres prêtées par son prestigieux grand frère parisien, qui sera renouvelé tous les trois ans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X