Paysage

Les ambitions sans limites d’une start-up du jardin

Mots clés : Communication - marketing - Lieux de travail - Second oeuvre

Du marketing aux jardins, Anne-Carole et Laurent Mur ont franchi le pas en même temps que la quarantaine, avec des ambitions sans limites : âgée de 18 mois et forte de 25 salariés, Gaarden vise une couverture nationale et 200 salariés en 2019, avant de partir à la chasse aux marchés internationaux.

De Lille à Marseille en passant par Blois, Gaarden déroule le même scénario en trois actes : « D’abord les particuliers, puis les grands marchés privés, et enfin les espaces verts des petites communes », énumère le président fondateur Laurent Mur. Deux structures, l’une dédiée aux particuliers, la seconde pour les entreprises et collectivités, exploitent l’activité avec une priorité qui distingue la marque : la relation client et le marketing, les deux compétences initiales du couple fondateur. Avant de fonder Gaarden au début 2015, Anne-Carole Mur gérait la relation client de Cofidis, tandis que son époux, a la tête d’une société de conseil en marketing, a orienté les stratégies commerciales de plusieurs enseignes de distribution de végétaux.

 

Process automatisés

 

Agés respectivement de 42 et 41 ans, les deux fondateurs ont voulu mettre leurs compétences au service de leurs convictions environnementales et sociales : « Nous sommes des produits de l’uberisation pour l’automatisation du process, mais pas dans la gestion des ressources humaines », résume Laurent. Quitte à renforcer ses besoins en fonds propres, Gaarden n’a pas retenu l’hypothèse de la franchise. Des collaborateurs permanents, qui manient la tondeuse aussi bien que le smartphone, représentent la marque dans toutes ses implantations, surveillées de près par les deux fondateurs : en cours de finalisation, les algorithmes de suivi de la satisfaction du client et des besoins d’entretien des jardins devraient donner leur pleine mesure en 2017, dans l’application « Pilote Jardin » en cours de développement. Ils aideront l’entreprise à valider une politique de prix transparente, orientée vers la fidélisation : 36 euros de l’heure pour les prestations isolées, 32 pour les contrats d’entretien de 6 mois, 28 pour le suivi permanent d’un espace vert.

 

Valeurs humaines

 

Après avoir investi à titre personnel 200 000 euros dans leur affaire, Anne-Carole et Laurent Mur comptent sur la levée de fonds en cours pour se donner les moyens de leurs ambitions : passer de 25 à 70 salariés d’ici à 2018, et atteindre les 200 fin 2019, tout en restant les actionnaires majoritaires. Accompagnés par le cabinet Capperfo et par la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, ils rédigent leur charte de Responsabilité sociétale et environnementale, dans la  perspective d’une certification Iso 26 000. Outre sa facilité de compréhension, le nom de Gaarden, avec son double a, se réfère aux valeurs humaines incarnées à leurs yeux par les sociétés scandinaves.

Membre de l’Union nationale des entreprises du paysage, la start-up illustre l’un des profils de « l’entrepreneur de demain », thème du récent congrès de l’organisation professionnelle à Beaune : de moins en moins jardiniers et de plus en plus managers, les nouveaux leaders font leur preuve par leur capacité à fédérer les équipes et les compétences.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X