Logement

Les ambitions de l’office départemental de l’habitat de Dordogne

Après une année de transition pour mettre en place une nouvelle gouvernance, Dordogne Habitat, désormais dirigé par Sévérine Genneret et présidé par Michel Testut, conseiller départemental et maire de Chancelade, monte en puissance.

Investissant en moyenne 10 millions d’euros par an pour construire 60 à 70 logements et consacrant 4 millions d’euros par an à la réhabilitation thermique de son parc, l’office départemental de l’habitat (OPH) de Dordogne programme une activité plus intense. Il va livrer 80 logements en 2016 et 130 début 2017. S’y ajoute la centaine de logements mis cette année en consultation de maîtrise d’œuvre.

En tout, en 2016, Dordogne Habitat investira 21 millions d’euros financés à 85 % par l’emprunt, à 10 % par les subventions, et de 5 à 10 % par ses fonds propres : « Notre participation est inférieure à celle des autres bailleurs d’Aquitaine. Cela s’explique par un fort soutien du département de la Dordogne, qui nous alloue 1,2 million d’euros d’aide par an, et par la mise à disposition de terrains gratuits par les communes », détaille la directrice générale Séverine Genneret.

 

Faire revivre des bourgs anciens

 

2016 sera aussi l’année de la réflexion pour réécrire le plan stratégique de patrimoine 2017-2022. Il sera dans la continuité du précédent avec des opérations entre 5 et 20 logements de type T2-T3 (moitié PLAI, moitié PLUS). La demande très forte des maires l’a conduit à développer en centre bourg des produits spécifiques pour personnes âgées : « Nous construisons des maisons de ville sur des petits terrains. On veut que le logement soit facilement mutable au moment de la rotation », précise Séverine Genneret.
Dans cette logique de faire revivre les bourgs anciens, l’office départemental de l’habitat va lancer à Nontron la construction de 10 maisons de ville conçues par l’architecte Line Crépin (Périgueux) remplaçant une résidence R + 3 de 24 logements. Dans ce département rural, il gère 5 300 logements, moitié individuels, moitié collectifs, dans 165 communes. L’OPH concentre l’essentiel de sa production dans les agglomérations de Périgueux ou de Bergerac. Il porte une attention particulière au confort intérieur des logements.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X