Innovation produits

Les aérogels de silice : l’isolant thermique de nouvelle génération

Mots clés : Établissements de soins - Innovations

Le partenariat entre le Centre Energétique et Procédés (CEP) de Mines ParisTech et le groupe français spécialisé dans la chimie, PCAS, a abouti à la mise au point en laboratoire, au dépôt de brevet et à la mise en place de l’outil industriel d’un super isolant thermique, les aérogels de silice.

Un des principaux acteurs de la recherche française et européenne sur l’efficacité énergétique et les filières énergétiques du futur, le Centre Energétique et Procédés (CEP), centre de recherche commun Mines ParisTech-Armines travaille depuis une vingtaine d’années à l’élaboration d’aérogels de silice capables d’offrir une solution fiable, compétitive et respectueuse de l’environnement au besoin grandissant d’isolation thermique des bâtiments.
PCAS, groupe français spécialisé dans la chimie, quant à lui, souhaitait se positionner sur ce marché et commercialiser à terme un super isolant.
Après une première collaboration axée sur les vitrages à isolation renforcée, le groupe a co-financé une thèse Ademe, couronnée par le dépôt d’un brevet en co-propriété ainsi que par un accord d’exploitation de celui-ci.

 

Avancée importante

 

Aujourd’hui, les aérogels de silice constituent l’isolant thermique le plus performant du monde à pression atmosphérique.
Les aérogels sont des solides nanostructurés, peu denses. Mésoporeux, ces isolants exceptionnels confinent l’air dans leur porosité, ce qui leur permet d’afficher une conductivité thermique inférieure à celle de l’air immobile lui-même. Matériau totalement recyclable composé presqu’exclusivement de silice, l’aérogel de silice, est quasiment 3 fois plus isolant que la laine de verre. Il constitue ainsi une avancée importante pour répondre aux exigences actuelles et à venir de la RT 2012 et du Grenelle de l’Environnement en matière d’isolation thermique et de performance énergétique des bâtiments.
Semi transparent, il laisse également passer une fraction du spectre solaire et permet alors de renforcer efficacement le pouvoir isolant de certains vitrages comme les fenêtres zénithales.

Pionnier dans l’élaboration de ces nouveaux matériaux, le CEP travaille d’ores et déjà à la mise au point de matériaux composites, organiques ou encore hybrides, toujours de type aérogels, dont certains à partir de biomasse végétale, afin de multiplier les débouchés pratiques à destination du bâtiment et de son optimisation thermique.

 

Dans le film de Mines ParisTech, que vous pouvez visionner, en cliquant ici, Patrick Achard et Arnaud Rigacci, chercheurs au Centre Energétique et Procédés, présentent leur projet autour des aérogels de silice. Pierre-André Marchal, chef de projet de la société Enersens, filiale de PCAS en charge de la production de l’aérogel, présente notamment l’outil industriel développé à Bourgoin-Jallieu afin de commencer la production de ce nouveau matériau prometteur.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Innovation produits ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X