Entreprises de BTP

Les actionnaires de BPB rejettent massivement l’offre de Saint-Gobain

L’offre d’achat hostile lancée par le groupe français sur le plâtrier britannique BPB a pour l’instant été rejetée en quasi-totalité, avec seulement 0,88% des actions apporté à l’offre, traduisant la réticence des actionnaires qui tablent sur un relèvement du prix jugé insuffisant.

Chez Saint-Gobain, on estimait lundi matin que « ce chiffre n’a rien d’anormal ». « Beaucoup d’OPA hostiles ont commencé comme ça », affirme le groupe, un mois après le lancement officiel de son offre au prix de 720 pence par action.
Saint-Gobain, qui avait la possibilité de clôturer son offre au terme de ce premier mois, a néanmoins choisi de la poursuivre jusqu’au maximum prévu par la réglementation britannique, soit le 30 octobre à 13 heures locales.

« Le 30 septembre 2005, à 13 heures (…), 4.422.645 actions BPB représentant environ 0,88% du capital de BPB avaient été apportées à l’offre », selon le communiqué du groupe, tenu de communiquer sur le niveau de réponse à l’OPA.
Un analyste de la place parisienne qualifiait lundi matin ce chiffre de « ridicule », estimant, à l’instar d’autres analystes, que « si Saint-Gobain veut vraiment avoir BPB, il va devoir renchérir ».

Un autre analyste jugeait de son côté que cette annonce constituait « un non événement » car « personne n’apporte les trente premiers jours ». « La vrai question, c’est le prix et le marché considère, à tort ou à raison, qu’il y aura un relèvement de l’offre ».
Le plâtrier britannique s’est donc vu lundi conforté dans ses positions, estimant que ce « très faible niveau d’acceptation » confirmait « l’opinion du conseil d’administration selon laquelle l’offre de Saint-Gobain sous-évalue fondamentalement BPB ».

Le plus faible niveau de clôture de l’action BPB depuis le lancement formel de l’offre de Saint-Gobain a été de 731 pence. Le jour de la première réponse formelle de BPB à Saint-Gobain, le 14 septembre, elle était brièvement descendue au niveau de l’offre, à 720 pence, son plus bas du mois, avant de finir à 736,50 pence.
A 09H21 GMT lundi, l’action BPB était en hausse de 0,08% dans un marché en hausse de 0,41%, à 736,60 pence.

Dans une note, CA Chevreux estime que, plutôt que de « surpayer » BPB, Saint-Gobain pourrait « abandonner » l’offre pour se concentrer sur des acquisitions européennes de plus petite taille, plus faciles.
La prochaine échéance officielle est le 9 octobre. Les dirigeants de BPB ont jusqu’à cette date pour livrer de nouveaux arguments de nature à convaincre leurs actionnaires. Saint-Gobain pourra ensuite réagir jusqu’au 16 octobre, soit quinze jours avant la fin de l’offre.
L’offre, lancée officiellement le 31 août, après des pourparlers infructueux entre les PDG des deux entreprises pendant l’été, valorise le leader mondial du plâtre à 5,4 milliards d’euros.

A la mi-septembre, Saint-Gobain avait maintenu son offre à 720 pence par action sur BPB, estimant qu’elle valorise le groupe « pleinement et équitablement » et avait indiqué qu’il n’avait pas l’intention de remonter son offre.
De son côté, BPB campe sur la même position depuis des semaines, répétant que ce prix de 720 pence par action le sous-évalue. Les deux sociétés se querellent sur les méthodes de calcul de la valorisation.

Déborah CLAUDE (AFP)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X