Logement

Les acteurs de l’habitat participatif réunis au ministère du Logement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales - Gouvernement

Sylvia Pinel, ministre du Logement et Alain Jund, président du Réseau National des Collectivités pour l’Habitat Participatif (RNCHP) et adjoint au maire de Strasbourg, ont réuni mardi 6 octobre au ministère du Logement les acteurs de l’habitat participatif.

La loi Alur a donné à l’habitat participatif –  cette démarche qui permet à un groupe d’habitants de s’associer, parfois avec l’appui d’un bailleur social, pour participer à la conception, la réalisation, puis la gestion au quotidien d’un immeuble destiné à leur habitation – un nouvel élan en le dotant d’un statut, d’une reconnaissance officielle et d’un cadre légal avec la définition des sociétés d’autopromotion et d’attribution et les coopératives d’habitants.

Un décret d’application, qui sera publié en octobre, précisera notamment les modalités de retrait d’un associé, de mise en location de logements construits, ou encore de cession ou de legs des parts de la société. Deux autres décrets, à paraître dans les prochains mois, définiront la nature et les modalités de la garantie d’achèvement de l’immeuble, ou encore la manière dont la participation des habitants à la construction du bâtiment se traduit par une acquisition de part dans la société.

« Avec ces nouveaux outils juridiques, l’habitat participatif devient une alternative plus facilement accessible pour celles et ceux qui le souhaitent », a expliqué mardi 6 octobre la ministre du Logement, Sylvia Pinel, qui recevait des parlementaires, des élus locaux, des représentants d’associations d’habitants, de bailleurs, de services des collectivités et de l’Etat, et des professionnels de la construction et de l’aménagement pour dresser un état des lieux sur le développement du modèle, ses atouts, et les freins juridiques, techniques ou financiers qu’il reste encore à lever

« Ce mode de conception ne doit pas être réservé à quelques-uns ou limité aux grandes métropoles. Nous devons faire en sorte qu’il puisse se développer dans tous nos territoires. Pour ce faire, il est indispensable d’y associer l’ensemble de la chaine des acteurs » a insisté Sylvia Pinel.

Alain Jund, président du Réseau National des Collectivités pour l’Habitat Participatif (RNCHP) et adjoint au maire de Strasbourg, a de son côté salué la dynamique de coopération des acteurs mobilisés pour cette rencontre et a souligné que « l’habitat participatif illustre l’expression citoyenne et institutionnelle d’une nouvelle manière de fabriquer la Ville ».

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X