Environnement

Les 30 usines électriques européennes les plus polluantes montrées du doigt

Mots clés : Energie renouvelable

Dans son nouveau classement des trente usines électriques les plus polluantes de l’Union européenne, l’organisation écologiste WWF a désigné l’usine du grec Agios Dimitrios comme étant la pire, suivi de près par celle de Frimmersdorf en Allemagne et celle d’Abono en Espagne.

L’organisation a classé des usines implantées dans 25 pays de l’UE selon leur efficacité – un calcul basé sur le nombre de grammes de dioxyde de carbone (CO2) émis par kilowatt d’électricité générée.
Le CO2 est le plus important gaz à effet de serre naturel qui a pour effet de piéger les radiations solaires mais dont la teneur, qui n’a jamais été aussi élevée dans l’atmosphère en raison de l’augmentation des émissions anthropiques, contribue à augmenter la température.
La pollution résulte de la combustion des énergies fossiles telles que le pétrole, le gaz et le charbon.

« Le secteur électrique est responsable de 37 pourcent de toutes les émissions de CO2 d’origine humaine », a estimé Imogen Zethoven, cheffe de la campagne électricité du WWF.
« Les usines de charbon figurent au rang des plus polluantes, parce qu’elles utilisent la source d’énergie le plus riche en CO2. Pour arrêter le réchauffement climatique, nous devons remplacer ces sources par des alternativese plus propres, telles que le gaz et les énergies renouvelables », a-t-elle ajouté, en référence à l’énergie solaire, éolienne et hydraulique.

D’autres usines grèques, allemandes et espanoles, de même qu’une usine basée à Turow en Pologne figurent parmi les dix usines les plus polluantes.
Le reste inclut d’autres sites polonais et allemands, mais aussi britanniques, tchèques, italiens et portugais.

L’Allemagne héberge cinq des dix usines les plus polluées, dont quatre sont dirigées par le géant RWE, qui est le plus grand émetteur de CO2 dans le secteur européen de l’énergie, a dénoncé le WWF.
19 des 30 sites analysés sont gérés par RWE et E. ON (Allemagne), Vattenfall (Suède), Enel (Italie), Endesa (Espagne), et EDF (France).
Pas toutes les usines classées sont localisées dans le pays dont elles sont originaires.

Focus

Repères


Remplacer toutes ces usines par de nouvelles usines de charbon résulterait dans la diminution de 13,5% des émissions de CO2 à l’horizon 2030, a souligné l’organisation écologiste.
Un transfert vers le gaz équivaudrait à une réduction de 47,8 pourcent des émissions, et ce taux passerait à 73,4 pourcent en cas de substitution par les énergies renouvelables.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X