Chantiers

Léon Grosse pose les bases de la nouvelle gare de Rennes

Mots clés : Entreprise du BTP - Gares, aéroports - Ouvrage d'art

A chantier extraordinaire, mesures extraordinaires. La gare de Rennes a été fermée ce week-end pour permettre à l’entreprise Léon Grosse de poser, au-dessus des voies, une passerelle de 67 mètres qui assurera la liaison urbaine entre les parties nord et sud de la nouvelle gare.

Fait exceptionnel, la gare de Rennes a été fermée ce week-end, de samedi 13h30 jusqu’à la même heure dimanche. La même interruption sera observée les 30 et 31 janvier aux mêmes heures.

Ces 24 heures ont été mises à profit par l’entreprise Léon Grosse et ses sous-traitants pour installer les cinq tronçons d’une passerelle métallique afin d’enjamber les neuf voies et de créer «un grand mouvement de terrain» conformément au projet urbain de «paysage construit» imaginé par FGP et TER, respectivement urbanistes et paysagistes de la ZAC (la maîtrise d’œuvre de la gare étant assurée par Arep).

L’ouvrage métallique a été réalisé, acheminé et monté par l’entreprise Gagne (groupe Briand) sur le parvis nord. Au préalable, Leon Grosse avait préparé le terrain en réalisant les cinq piles (avec une cinquantaine de micropieux à 14 mètres, les semelles et les chevêtres). «Ces travaux ont également été réalisés de nuit par une équipe d’une dizaine de personnes» explique Thomas Drouet, directeur du projet chez Léon Grosse, titulaire de ce chantier d’environ 40 millions d’euros en entreprise générale.

Depuis le début de l’année, le groupe de BTP a également posé des prédalles et des corniches en béton blanc pendant que MCM Levage montait la grue Terex géante (grue sur chenilles de 500 tonnes avec une flèche de 108 mètres) nécessaire à l’opération de ce week-end. «A ma connaissance, il n’existe que deux à trois exemplaires de ce type de grue en France» commente Thomas Drouet. «La grande difficulté est de trouver le point d’équilibre entre le colis et le contrepoids»  explique l’ingénieur. Surtout que le dernier tronçon de 20 tonnes a dû être déplacé sur près de 90 mètres.

«Le week-end prochain, nous installerons quatre corniches et 56 prédalles car sinon la travée aurait été trop lourde» ajoute Thomas Drouet. Comme pour l’opération coup-de-poing de ce week-end, une quarantaine de personnes sera mobilisée.

Charge ensuite à Rennes Métropole de réaliser l’aménagement paysagé sur cette passerelle. Car, comme l’on souhaité les urbanistes, la gare de Rennes doit «dépasser les limites d’un bâtiment unique pour devenir un véritable paysage construit au-delà de ses emprises techniques et fonctionnelles». «Le nouveau pôle d’échange multimodal n’est plus un objet architectural et devient un véritable espace public» écrit FGP dans sa note de présentation.

Les toutes dernières images du nouveau PEM dévoilées en fin de semaine dernière illustrent bien cette volonté de réaliser un «paysage construit». L’idée est belle et singulière, mais il faudra encore attendre jusqu’en 2020 pour la voir se concrétiser.

 

Focus

Calendrier

2010: Création de la ZAC EuroRennes

2013: Premiers travaux (voirie, réseaux divers)

2015: Lancement des premiers programmes

2017: Mise en service du prolongement de la LGV

2020: Mise en service de la ligne b du métro et livraison définitive du Pem

2027: Date prévisionnelle d’achèvement de la ZAC EuroRennes

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X