Logement

«Lego express» pour logements pas-de-calaisiens

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Logement social - Ossature

Un lego géant de 88 pièces pour monter, en express, 22 logements sociaux en ossature bois. C’est le chantier atypique que le Moniteur a pu aller visiter à Oignies (Pas-de-Calais), mercredi 15 novembre 2017. Au rythme de quatre pièces de lego posées par jour, soit une maison complète, il ne fallait pas traîner pour espérer voir le chantier avant que tous les modules 3D ne soient posés. Visite en image.

«Tous les modules de maisons sont préparés en usine de façon industrialisée. Ils arrivent sur site terminé à 95%», explique Jérôme Pruvost, cogérant du cabinet d’architectes Berthélémé Pruvost en charge du projet. Le chantier, démarré en octobre 2017, vise à construire 22 logements individuels pour le bailleur social Habitat Hauts-de-France. Au total, le projet représente 1 848 m2 de surface de plancher pour un budget des travaux HT de 2,12 millions d’euros.

 

Un chantier deux fois moins long

 

«Nous posons quatre modules par jour. En moyenne un chantier avec ce type de modules préconstruits dure deux fois moins longtemps qu’un chantier classique et il génère beaucoup moins de nuisances», explique Anne-Laure Charpentier conductrice de travaux pour Smart Module Concept (SMC), filiale de Rabot-Dutilleul Construction qui fabrique dans la métropole lilloise ces modules à ossature bois. Si l’utilisation de ces modules 3D a imposé une longue phase de conception et de concertation, entre les architectes et l’entreprise SMC, la pose des modules et leur raccordement entre eux est de fait très rapide.

 

Pieux vissés

 

Les raccordements ont été préparés en amont et les modules sont simplement posés sur des pieux préalablement vissés dans le sol. Il ne reste plus ensuite qu’à «fignoler» le lego géant en effectuant l’ensemble des raccords. «Tout est intégré. Il ne nous faut qu’une semaine avec cinq à sept compagnons pour faire le travail de jonction intérieur. Plus le travail amont avec les architectes est bien fait et plus le chantier est rapide», détaille la conductrice de travaux. «Les finitions sont bien meilleures avec ce système industrialisé», se félicite, de son coté, Yannick Berthélémé, cogérant du cabinet d’architectes Berthélémé Pruvost.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    on achève bien l'architecture

    Pourquoi un article sur des baraquements de chantier transformés en logements? Constructions indigentes sans Architecture.Et pourtant on a vu des confrères réaliser des logements d’urgence sans fondation qui sont autrement qualitatifs et sont porteur d’une réelle ambition architecturale. Honteux!
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X