Métiers

Le Village du BTP s’est joué des nuages à Strasbourg

Malgré un temps longtemps maussade, l’opération de promotion des métiers du BTP organisée par les syndicats professionnels sur la place Kléber a probablement atteint son objectif. Le choix d’un vendredi 13 n’aura pas porté malheur.

Ils l’ont avoué, les responsables de la FFB et du syndicat des entreprises des travaux publics du Bas-Rhin étaient inquiets jeudi, à la vision des trombes d’eau qui s’abattaient sur Strasbourg, et vendredi matin leur mine restait aussi grise que le ciel quand la pluie fine persistait à l’ouverture de leur «Village BTP». Des mois de préparation de ce rendez-vous avec le public sur l’emblématique place Kléber allaient-ils être noyés par la météo ? Finalement, le ciel s’est levé et le soleil s’est même invité de temps à autre, entraînant avec lui une fréquentation plus conséquente au fil de la journée.

L’occupation temporaire du lieu de rassemblement par excellence de la capitale alsacienne a pris la forme d’un grand podium et, surtout, de 25 tentes qui ont concentré tous les métiers de la construction. Chacune était occupée par les chambres professionnelles des différents corps d’état, les architectes et les structures partenaires de l’emploi-formation-insertion, puisque tel était le sujet principal du jour: donner au public et en particulier aux jeunes une vision complète et renouvelée des facettes du secteur, afin de préparer le renouvellement des générations. On peut relever toutefois que les organismes de la prévention santé-sécurité auraient pu avoir légitimité à planter leur tente eux aussi.

Bien sûr, les stands des professions ont connu un succès divers. Les orfèvres du bois et du métal n’ont guère cessé d’attirer les regards et les questions.

 

Ode aux bétonniers et aux métalleurs

 

Inévitablement longuette, la séquence protocolaire a été entrecoupée par des questions d’enfants aux élus et autres responsables institutionnels. L’heureuse initiative des organisateurs a rompu avec le convenu des discours pour amener, par exemple, le président du conseil départemental du Bas-Rhin Frédéric Bierry à exposer «ce qu’il fait pour la planète». Ou, plus cocasse, des sénateurs de droite à devoir expliquer si, oui ou non, «la France va mal». 

Parmi les animations, l’invitation faite aux visiteurs adolescents à chanter sur des noms de métiers qui leur venaient à l’esprit a donné lieu à quelques inventions intéressantes. Désormais, sachez que le BTP compte dans ses rangs des «bétonniers» et des «métalleurs». Bon, ça prouve juste qu’il reste un peu de boulot.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X