Aménagement

Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons

Mots clés : Etat et collectivités locales - Gares, aéroports - Transport maritime

Inauguration le 2 mars, par l’ensemble des collectivités qui ont pris part à la réalisation de ce chantier, de la semi piétonisation du Vieux-Port de Marseille, menée tambour battant (9 mois seulement de travaux). L’opération est aujourd’hui complètement achevée avec l’ombrière de Norman Foster.

Aménagement urbain exemplaire conduit par la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM), maître d’ouvrage, la semi piétonisation du Vieux-Port est un premier pas franchi dans la reconquête des espaces publics majeurs de la cité phocéenne : circulation automobile réduite de 50% (elle est désormais limitée à 2 voies bus et 2 voies VL quai de la Fraternité et à 3 voies quai du Port et de Rive Neuve), 70% de la surface des quais et de leurs abords dédiée aux piétons contre 30% précédemment, des clubs nautiques installés directement sur l’eau pour libérer de l’espace hier fermé par des barrières… Le groupement de maîtrise d’œuvre Michel Desvigne, paysagiste, mandataire, Foster & Partners, Tangram Architectes, Ingerop et Yann Kersalé, en charge du projet, a conçu cet espace comme un grand plateau parfaitement plat, sans différence d’altimétrie entre espaces piétons et espaces circulés et en choisissant un traitement très minéral, à base de granit espagnol gris clair, en dalle pour les espaces piétons et en pavés plus petits pour les espaces circulés afin de les différencier. Quai de la Fraternité, la nouvelle agora de la cité, l’ombrière de Norman Foster rompt ce traitement épuré et apporte une touche inédite : un miroir horizontal de 1000 m² revêtu d’Inox poli dans lequel se reflète les façades et les sols du Vieux-Port.

« La réalisation de cette assemblage de panneaux d’Inox a été techniquement assez complexe : la charpente métallique repose à 6 m du sol sur une série de huit poteaux élancés qui prennent appui sur des pieux forés à -16 m dans le sous-sol, là où passe le métro », explique Emmanuel Dujardin de Tangram, chef de projet. Des grands mâts d’éclairage effilés ponctuent également l’aménagement de cet espace.

 

Course contre la montre

 

Pour les différents groupements d’entreprises en charge des travaux (cinq au total), ce chantier s’est apparenté à une véritable course contre la montre, pour ternir les délais d’une opération de 45 millions d’euros réalisée en neuf mois seulement (soit un rythme de travaux de 5 millions d’euros par mois !): travaux avec des équipes en double poste 6 h-21 h, démarrage de tous les marchés en simultané impliquant une présence permanente de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre (une quinzaine de personnes notamment pour Ingerop, bureau d’études) sur le terrain…

La prochaine étape est la réalisation de la « chaîne des parcs », un ensemble de jardins et de cheminements publics entre le jardin Puget et la plage des Catalans en passant par le Palais du Pharo et le « glacis » (couverture de l’échangeur routier d’accès aux tunnels sous la ville au niveau de l’Abbaye de Saint-Victor) sur lesquels travaillent le groupement de maîtrise d’œuvre lauréat du concours pour une réalisation à l’horizon 2015-2016.

www.vieuxportdemarseille.fr

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X