Entreprises de BTP

Le tunnelier NFM en passe d’être racheté par son partenaire chinois

Le fabricant de tunneliers NFM technologies, qui emploie 240 personnes dans le centre est de la France, est en passe d’être racheté par son partenaire chinois FHGM, a-t-on appris vendredi auprès des syndicats.
La direction n’a pas souhaité confirmer ou infirmer cette information pour le moment, assurant qu’elle communiquerait « en début de semaine prochaine ».

NFM technologies, vendu en 2001 par Framatome au groupe allemand Wirth, emploie 120 personnes dans son bureau d’études à Lyon et 120 au Creusot (Saône-et-Loire), où sont fabriqués des machines à creuser les tunnels et d’autres grosses pièces de fonderie pour l’armement et le nucléaire.
De source syndicale, on indique que FHGM, basé à Shenyang (nord est), qui fabrique entre autres des tunneliers, obtiendra 70% des parts de NFM, en échange de la reprise de la dette, qui se monte à plusieurs millions d’euros, et injectera 20 millions de capitaux dans l’entreprise française. Les 30% restants devraient rester entre les mains de Wirth.
« Les Chinois rachètent nos capacités de management et nos compétences techniques, mais d’ici 4 à 5 ans, ils sauront construire tous seuls les pièces les plus techniques, comme les moteurs et les têtes de coupe, ils n’auront plus besoin de nous, et ça sera la fin de NFM », a déploré Noël Berthault, délégué CGT.
Cette reprise devrait être entérinée le 4 mai par le tribunal de commerce de Lyon.
NFM a dégagé en 2006 un chiffre d’affaires 70 millions d’euros.
AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X