Transport et infrastructures

Le tunnelier du métro de Rennes à l’arrêt après un affaissement de terrain

Mots clés : Centre commercial - Magasin - Matériel - Equipement de chantier - Transport collectif urbain

Samedi après-midi, le plancher d’un magasin du centre-ville s’est effondré. En cause, le passage du tunnelier de la ligne b du métro qui est maintenu à l’arrêt, dans l’attente d’un diagnostic complet.

C’est vers 15h40, en pleine heure d’affluence, que le plancher du magasin de déstockage Noz s’est effondré sur une surface de 15 m2 et sur une profondeur de deux à trois mètres. «Quatre personnes se sont retrouvées dans ce trou et en sont ressorties par leurs propres moyens», a indiqué le Centre opérationnel d’incendie et de secours (Codis) d’Ille-et-Vilaine.

Ce «tassement de terrain très localisé» est dû au «passage du tunnelier de la ligne b» a déclaré Rennes Métropole dans un communiqué qui précise qu’aucun blessé n’est heureusement à déplorer.

La zone a été rapidement mise en sécurité. Les immeubles situés aux numéros 8 et 10 de la rue de Saint-Malo ont été évacués. De son côté, le tunnelier est maintenu à l’arrêt, dans l’attente que soit établi un diagnostic précis et complet.

Pour les équipes de Dodin Campenon Bernard, en charge de cette partie du chantier, cet incident n’est pas une surprise car la zone du centre historique dans laquelle intervient actuellement le tunnelier Elaine est particulièrement sensible. En septembre dernier, quarante logements et neuf commerces, situés place Saint-Anne, avaient été évacués à titre préventif.

Aussitôt après l’incident, la partie supérieure de l’éboulement a été comblée par un apport de béton afin d’éviter une propagation éventuelle du phénomène en surface et de sécuriser l’environnement immédiat. Des inspections du bâti ont également été lancées. La Semtcar (Société d’économie mixte des transports collectifs de l’agglomération rennaise), maître d’ouvrage de l’opération, assure que «les paramètres enregistrés sur le bâtiment impacté et les avoisinants ne montrent pas d’évolution». Une bonne nouvelle donc qui conforte l’analyse initiale: «la zone touchée est stabilisée et très localisée».

La suite des opérations consiste maintenant à avancer le tunnelier de quelques mètres, anneau par anneau, dès ce soir, pour libérer la zone. Après une dizaine de mètres, le tunnelier fera une pause. Dans un deuxième temps, dès ce lundi, des travaux d’investigation (sondages) et de confortement du terrain sont engagés depuis la surface. Ce chantier devrait durer près de 3 semaines.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X