Environnement

Le terrain du futur incinérateur de Fos-sur-Mer est déclaré inconstructible

Mots clés : Délégation de service public

La communauté d’agglomérations d’Ouest-Provence a adopté une délibération interdisant toute construction d’incinérateur dans le secteur de Fos-sur-Mer retenu par la communauté urbaine de Marseille-Provence-Métropole (CUM) pour cette installation.

Ouest-Provence a modifié le plan d’aménagement de la zone industrielle de Fos-sur-Mer en créant un zonage particulier dans le secteur de 1.300 ha, dit « secteur du Caban », prévu pour la construction de l’incinérateur. Ce zonage y interdit l’implantation d’un incinérateur d’ordures ménagères, a indiqué son président Bernard Granié, lors d’un point de presse.
La zone appartient au Port autonome de Marseille (PAM) mais se situe sur le territoire de la commune de Fos-sur-Mer.

« La création de l’incinérateur n’a plus lieu d’être, les terrains sont devenus de facto inconstructibles », a affirmé M. Granié. « Je ne comprends pas l’obstination de la CUM (présidée par le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin, ndlr) à ne rien voir ni entendre d’autre que son projet d’incinérateur », a-t-il poursuivi.

Le conseil général, présidé par le socialiste Jean-Noël Guérini a présenté des solutions alternatives qui « réduisent à néant » la nécessité d’un incinérateur, a-t-il également affirmé.
M. Granié a dit attendre « avec sérénité d’éventuels recours en justice », en particulier devant le tribunal administratif, de la part de la CUM.
L’enquête publique sur l’incinérateur doit commencer le 19 septembre.

Le tribunal administratif de Marseille a débouté en juillet une association de défense de l’environnement, la Fédération d’action régionale pour l’environnement FARE-Sud, qui avait demandé l’annulation de la délibération de la CUM instituant le principe d’une délégation de service public pour gérer le futur incinérateur.

Focus

Repères


L’incinérateur doit remplacer l’immense décharge à ciel ouvert d’Entressen qui reçoit chaque année quelque 600.000 tonnes de déchets de Marseille et doit impérativement fermer fin 2006.
Le 13 mai dernier, la CUM a adopté une délibération confiant le projet au groupement d’entreprises hispano-allemand, Urbaser-Valorga international SAS.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X