Commande publique

Le sourcing, à manier avec… modération

Mots clés : Etat et collectivités locales - Marchés publics

Consacré par la réforme des marchés publics, le sourcing a le vent en poupe et participe d’un achat performant. Mais il est important de ne pas en perdre la maîtrise, et surtout de bien placer le curseur entre prudence et liberté. Voilà le message important qui ressort du Club marchés organisé par le Groupe Moniteur lors du Salon des maires le 23 novembre.

Quoi de mieux que le Salon des maires pour faire son sourcing ? Trois jours complets pour échanger entre élus territoriaux et fournisseurs, et déambuler au milieu des stands. C’est d’ailleurs aux côtés des exposants de mobilier urbain que le Club marchés s’est réuni, pour parler de cette pratique parfois risquée.

L’avocat Aymeric Hourcabie a assisté ces derniers mois à plusieurs séances de sourcing, et en tire divers enseignements. Il met en garde contre les abus de cette pratique. « Parfois, un sourcing est réalisé alors que ce n’est pas forcément utile. Il peut aussi être extrêmement (voire trop) formalisé, avec des comptes rendus précis et des procès-verbaux très exhaustifs. Enfin il peut arriver qu’il conduise l’acheteur à modifier son besoin initial pour se tourner vers des produits ou prestations certes très performants, mais surdimensionnés. »

Me Hourcabie recommande donc de ne pas pratiquer le sourcing de manière systématique, mais uniquement quand c’est nécessaire. D’autant plus qu’il « est difficile, voire impossible, de rencontrer tout le monde. Et inévitablement, cela peut créer une certaine aigreur et un risque de suspicion chez ceux qui ne sont pas consultés », prévient l’avocat.

Enfin, pour ce dernier, il ne faut pas que le sourcing soit trop encadré, cela « doit rester un échange libre », même si une traçabilité est indispensable. Pour cela, Aymeric Hourcabie propose d’adopter des chartes de déontologie.

 

Prudence également côté acheteur

 

Alain Bénard, président de l’Association des acheteurs publics (AAP), appelle également à la prudence dans le maniement du sourcing. « Il n’est pas évident de faire du sourcing quand les services ne sont pas étoffés. Et concernant les chartes de déontologie, attention également, il faut être sûr de pouvoir les mettre en œuvre. » Il préconise aussi d’écrire noir sur blanc dans les fiches de postes ce que l’acheteur peut faire ou non en la matière.

Bruno Malhey, directeur général des services de la communauté d’agglomération de Paris-Vallée de la Marne, met quant à lui l’accent sur la nécessité de former les acheteurs publics. « Il y a un complexe de l’acheteur public parfois à aborder certains sujets face aux opérateurs économiques, une certaine gaucherie dans leurs façons de se présenter. » Un dernier conseil pour la route ? Il est livré par Aymeric Hourcabie : « Je m’interroge sur l’opportunité de faire du sourcing tout seul. Mieux vaut, en général, associer acheteurs publics et services techniques, même si cela nécessite de mobiliser plus de monde ».

 

 

 

Focus

Remise des Trophées de la commande publique au Salon des maires : la photo de famille!

A l’issue du Club marchés, ce 23 novembre, Michèle Pappalardo, directrice de cabinet de Nicolas Hulot (ministre de la Transition écologique et solidaire), est venue remettre les Trophées de la commande publique 2017 – organisés par achatpublic.info – aux heureux lauréats.

Le palmarès :

Catégorie achat public durable

Fonction publique d’Etat : l’EPF Bretagne – marché d’évacuation des terres d’un chantier par voie maritime pour revalorisation.
Hospitalière : le Centre hospitalier (CH) Lannion-Trestel – vente de la chaufferie bois du CH à l’intercommunalité puis rachat d’énergie.
Territoriale : Brest Métropole – marché de gestion de déchèteries comportant une clause de performance à caractère incitatif.
Prix spécial du jury : Ardèche Drôme numérique – stratégie d’achat responsable pour le déploiement d’un réseau FTTH.

Catégorie performance de l’achat

Fonction publique d’Etat : Pôle emploi Pays de la Loire – comité régional de coordination des achats et des dépenses.
Hospitalière : le CHU de Toulouse – regroupement de besoins jusque-là « captifs » et renégociation avec les fournisseurs.
Territoriale : la Métropole européenne de Lille – stratégie globale de dématérialisation profitant à tout le territoire.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X