Paysage

Le Salon du végétal surfe sur la vague du jardin en ville

La preuve par l’exemple : le Salon du végétal a choisi cette méthode pour démontrer le potentiel du « jardin urbain », thème de son édition 2016, du 16 au 18 février à Angers.

Attraction phare du prochain Salon du végétal d’Angers, un jardin provisoire démontrera la diversité des réponses au défi de la ville verte. Le Bureau horticole régional (BHR) des Pays-de-Loire, organisateur de l’événement annuel, a mobilisé le collectif Vent d’Ouest, en cours de création avec la participation du concepteur Paul Moreau, pour concevoir une allégorie du Jardin en ville, thème de l’édition 2016 : de la reconversion de matériaux pollués à la conception participative en passant par l’accessibilité, les pavés enherbés, l’éco-pastoralisme, la végétalisation des pieds d’arbre et des façades, l’espace de 25 m sur 15 déclinera les enjeux esthétiques, méthodologiques, politiques et techniques de son sujet.

 

 

Un bâtiment dédié aux espaces verts

 

« L’approche thématique du salon résulte des travaux d’une cellule de réflexion associant la filière et les exposants. Tout en rompant avec une tradition de slogans incitatifs, mais passe-partout, le thème du jardin en ville fédère un public très large et offre un grand nombre de déclinaisons », se réjouit Serge Tsvétoukhine, commissaire général.

Porteur du message du salon, le jardin provisoire contribuera à rendre lisible la réorganisation de ses espaces : les 522 exposants se répartissent désormais en cinq pôles. Cœur du pôle Espace vert qui occupe la totalité du bâtiment Amphitéa, à l’extrémité opposée à l’entrée principale du salon, l’attraction incitera les 13 500 visiteurs attendus à se répartir dans la totalité du site. Après être entrés par la fleuristerie, ils accéderont successivement aux univers de l’innovation, de la production et de la distribution.

Outre les pôles, deux espaces vitrine ponctueront la déambulation : les pavillons internationaux, près de l’entrée principale, et le village institutionnel, à la jonction entre les pôles Distribution et Espace vert. Au bout du trajet, l’œuvre du collectif Vent d’Ouest illustrera les thèmes développés par les conférenciers du pôle Espaces Verts.

 

Guide pratique pour petites communes

 

Plus nombreuses et plus courtes que lors des précédentes éditions du salon, les conférences qui s’y tiendront renforceront sa légitimité institutionnelle. Parmi les nombreux partenaires qui concourent à la programmation, le conseil national des villes et villages fleuris de France (CNVVF). Cette association se servira du salon comme d’un tremplin pour lancer son guide destiné à mobiliser les petites communes. Chantal Lambert, directrice de l’association d’élus locaux coordonnés par le ministère du Tourisme, en résume le message : « Tout le monde peut y arriver. La complexité apparente de notre nouvelle grille d’évaluation ne condamne pas à une mise en œuvre compliquée. Elle invite à réfléchir à la transversalité de l’action territoriale autour du thème de la nature en ville ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X