Paysage

Le Royaume-Uni, champion européen du paysage en 2016

Pas de brexit dans l’Europe du paysage : Emmanuel Mony, président des entreprises européennes du paysage a annoncé le 14 septembre à Nuremberg que le Royaume-Uni resterait « définitivement » membre de l’organisation. Cette dernière a quitté son siège allemand au début septembre, pour rejoindre Bruxelles.

« Un Français félicite un Anglais en Allemagne » : reconduit au printemps dernier à la présidence de l’association européenne des entreprises du paysage (Elca, acronyme de European landscape contractors association) pour un troisième mandat de trois ans, Emmanuel Mony n’a pas boudé son plaisir, ce 14 septembre au salon Galabau de Nuremberg (Bavière). Evénement phare pour l’affichage international de cet événement dédié aux professionnels des parcs et jardins, la remise du trophée « Construire avec le vert » lui a donné une occasion rêvée de souligner le contraste entre la panne politique européenne et la vitalité de l’Europe du paysage.

Parmi 22 projets présélectionnés, le jardin privé « The Box House, Sevenoaks in Kent » a offert à l’Elca un support idéal pour diffuser trois de ses messages récurrents : la mise en valeur, dans le marché résidentiel, du trio composé par le maître d’ouvrage, le concepteur paysagiste et l’entreprise du paysage ; la continuité entre création et maintenance ; et enfin, la capacité des professionnels à mettre en scène la complémentarité de l’ancien et du moderne.

« Tout est parti d’un projet de piscine, qui a introduit la modernité dans l’aménagement de notre jardin », a rappelé le maître d’ouvrage Keith Roberts. « Jamais, parmi les quatre prix que j’ai remis depuis huit ans, nous n’avions récompensé un lauréat aussi symbolique », s’est réjoui Emmanuel Mony, avant de rendre hommage aux anglais, « champions du monde des jardins ».

 

Nouveau chapitre

 

La remise du prix coïncide avec le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de l’Elca, qui a quitté au début septembre son siège de Bad Honnef (Rhénanie-du-Nord Westphalie), pour s’installer place Robert Schumann à Bruxelles : « Juste en face des bureaux de Jean-Claude Juncker », souligne Emmanuel Mony. L’intensification du lobbying du paysage auprès de l’Union européenne se déclinera sur les thèmes de la lutte contre les plantes invasives, de l’interdiction des produits phytosanitaires dans l’espace public et de l’harmonisation des taux de TVA. Le départ à la retraite de l’ancien directeur a offert l’occasion de recruter le belge Yves Heirman, pour diriger la fédération.

 

Bonnes pratiques

 

Priorité du troisième mandat d’Emmanuel Mony, le resserrement des liens entre les chefs d’entreprises européens prendra la forme d’un club d’échange de bonnes pratiques : deux à trois fois par an, un chef d’entreprise reçoit ses confrères de cinq pays. L’Union nationale des entreprises du paysage, membre français de l’Elca dont Emmanuel Mony a assuré la présidence jusqu’en 2013, a expérimenté avec succès ce type d’échange entre ses membres de différentes régions. Au-delà des enjeux corporatistes, le président français souhaite qu’à l’instar du processus en cours en France, les entreprises européennes de paysage s’approprient le thème du jardin nourricier : « Un sujet encore peu présent dans les autres pays, même en Angleterre », remarque Emmanuel Mony.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X