Chantiers

Le prolongement de la ligne 11 du métro parisien « dans la boucle »

Mots clés : Transport collectif urbain - Travaux publics

Destiné à faciliter les déplacements de 85 000 voyageurs dans l’Est parisien, le prolongement de la ligne 11 du métro doit s’achever à l’horizon 2022. En attendant, d’importants travaux de génie civil sont en cours de réalisation, comme la construction de « la boucle de Rosny » : une tranchée couverte courbe de 1,6 kilomètre de long.

Le prolongement de la ligne 11 du métro, à l’est de Paris, est entré dans une phase active. A l’horizon 2022, 6 nouvelles stations – dont une aérienne – seront construites entre la station existante Mairie-des-Lilas et la gare du RER E Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis) sur une longueur totale de 6 kilomètres. La construction d’un nouvel atelier de maintenance est également prévue à l’extrémité de la future ligne. Plus de 85 000 voyageurs sont attendus, chaque jour, sur ce nouveau tronçon. Le projet est réalisé sous la maîtrise d’ouvrage conjointe de la RATP et du STIF (Syndicat des Transports d’Île-de-France).

Démarrés en juin 2016, les travaux dits « de la boucle de Rosny » battent aujourd’hui leur plein. Ils consistent à réaliser, tout autour du centre commercial Rosny 2 – l’un des plus grands de la région parisienne –, une tranchée couverte courbe de 1,6 kilomètre de long et de 8 à 9 mètres de large, à une profondeur comprise entre 5 et 10 mètres.

 

Confié au groupement d’entreprises composé de Razel-Bec (mandataire) et de Sefi-Intrafor, ce chantier est estimé à 72 millions d’euros. A Razel-Bec revient la réalisation du génie civil de l’ouvrage et à Sefi-Intrafor celle des parois moulées. L’ensemble de ces opérations doivent s’achever courant 2020.

 

Maintenir en permanence les accès au centre commercial Rosny 2

 

Pour les besoins du projet de la « boucle de Rosny », le chantier du lot GC02 a été segmenté en 9 zones de travaux – les équipes sur place intervenant sur 3 d’entre elles simultanément. « Cette organisation s’explique par la nécessité de maintenir les accès au centre commercial libres 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 », fait savoir Stéphanie Rogge, responsable de projets pour Sefi-Intrafor (groupe Fayat). Et d’ajouter : « Comme nous devons également neutraliser le moins de places de parking possible, les emprises de notre chantier doivent être limitées au maximum. »

Construites, à l’aide de deux bennes lourdes, dans un terrain essentiellement marneux, les deux parois moulées de la future tranchée couverte présentent des épaisseurs de 62 cm à 1,22 mètre et des hauteurs comprises entre 12 et 20 mètres. Au total, 38 000 m3 de béton – de 60 à 120 m3 par panneau de paroi moulée – et 3 130 tonnes d’acier seront nécessaires pour construire l’ouvrage. Le volume des déblais, pour la création du tunnel, s’élève, quant à lui, à 200 000 m3 – les terrassements s’effectuant « en taupe » (de la surface au radier, sous la dalle de couverture). « Nous réalisons entre un et deux panneaux de paroi moulée par jour et par zone en moyenne », indique Stéphanie Rogge. Un impératif pour boucler la boucle dans les délais impartis.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X