Culture

Le Prix Pritzker 2016 récompense l’architecte Alejandro Aravena

Le Chilien de 48 ans vient d’être distingué par la Fondation Hyatt qui lui décerne le « Nobel de l’architecture »…

Le suspense a pris fin vers 15h15, heure de Paris. La respectable Fondation Hyatt a annoncé sur son site que le Prix Pritzker d’architecture 2016 était attribué à Alejandro Aravena. Cet ardent militant de l’équité sociale sera cette année, le commissaire de la 15e édition de la Biennale de Venise. Le 41e lauréat du Pritzker est aussi le premier Chilien a le recevoir, et le quatrième qui soit originaire d’Amérique du Sud après Luis Barragán (1980), Oscar Niemeyer (1988), et Paulo Mendes da Rocha (2006).

Le président de la Fondation Hyatt, Tom Pritzker, a expliqué : « Le jury a porté son choix sur un architecte qui nous permet de renforcer notre compréhension de ce qu’est réellement un grand projet. Alejandro Aravena est un pionnier de la pratique collaborative qui sait produire des architectures pleines de force, mais aussi relever les défis du XXIe siècle. Ses constructions participent à offrir des opportunités aux plus défavorisés, à atténuer les effets des catastrophes naturelles, à réduire la facture énergétique et à procurer des espaces publics accueillants. Innovant et inspirant, il nous montre comment l’architecture, à son meilleur niveau, peut améliorer la vie des gens ».

 

Stimuler la construction sociale

 

Diplômé de l’Université catholique de Santiago du Chili en 1992. Alejandro Aravena dirige l’agence Elemental depuis 2001, une structure originale créée pour stimuler la construction sociale. « Penser et construire de meilleurs quartiers est indispensable si l’on veut que le développement casse le cercle vicieux de l’inégalité », rappelle t-il. Aussi Elemental cherche-t-il à « faire mieux avec les mêmes moyens ». Et la réalité donne corps à cette injonction : le quartier construit à Iquique en 2004 pour résorber un bidonville installé depuis 30 ans en plein centre en témoigne. Cent familles ont été relogées sur place, dans le cadre d’un programme public qui alloue des subventions aux plus pauvres pour qu’elles accèdent au logement.

Mais comment construire quoi que ce soit avec si peu de moyens? Elemental a mis au point un dispositif de construction « ouverte » pour quelques milliers de dollars par logement : une partie de la maison est réalisée, l’autre, en attente, appartient aux habitants qui la complèteront au fil du temps, au fur et à mesure de leurs moyens, et augmenteront ainsi la valeur de leur bien. « À la lumière de l’expérience, Elemental veut contribuer, avec une ingénierie et une architecture d’avant-garde, à élever le niveau de vie au Chili, en utilisant la ville comme une ressource illimitée pour construire l’égalité ».

 

« Notre plan est de ne pas avoir de plan »

 

En apprenant qu’il était lauréat du Pritzker, Alejandro Aravena a exprimé, dans un e-mail, son bonheur et celui de son équipe en usant d’un « nous » très collectif. « En nous retournant vers le passé, a écrit l’architecte, nous nous sentons profondément reconnaissants. Aucune réussite n’est individuelle. L’architecture est une discipline collective. Donc nous pensons, avec gratitude, à toutes les personnes qui ont contribué à donner forme à une large variété d’éléments en présence. En regardant vers l’avenir, nous anticipons… La Liberté ! Le prestige, la portée et l’importance de ce prix sont tels que nous espérons profiter de l’élan qu’il va nous donner pour explorer de nouveaux territoires, envisager de nouveaux challenges et nous engager sur de nouveaux terrains d’action. Après avoir atteint un tel sommet, notre chemin n’est pas tracé. Alors notre plan est de ne pas avoir de plan, de faire face à l’incertain et d’être ouverts à l’inattendu. Enfin, en nous arrêtant sur le moment présent, nous sommes tout simplement bouleversés, fous de joie, heureux. L’heure est à fêter ce prix et à partager notre joie avec le plus grand nombre possible ».

Alejandro Aravena recevra son prix le 4 avril prochain, lors d’une cérémonie organisée au siège des Nations-Unies à New York.

 

 

 

Focus

Les lauréats du Pritzker Prize depuis sa création

1979 : Philip Johnson (Etats-Unis)

1980 : Luis Barragán (Mexique)

1981 : James Stirling (Grande-Bretagne)

1982 : Kevin Roche (Irlande)

1983 : Ieoh Ming Pei (Etats-Unis)

1984 : Richard Meier (Etats-Unis)

1985 : Hans Hollein (Autriche)

1986 : Gottfried Böhm (Allemagne)

1987 : Kenzo Tange (Japon)

1988 : Oscar Niemeyer (Brésil) et Gordon Bunshaft (Etats-Unis)

1989 : Frank Gehry (Canada/Etats-Unis)

1990 : Aldo Rossi (Italie)

1991 : Robert Venturi (Etats-Unis)

1992 : Alvaro Siza (Portugal)

1993 : Fumihiko Maki (Japon)

1994 : Christian de Portzamparc (France)

1995 : Tado Ando (Japon)

1996 : Rafael Moneo (Espagne)

1997 : Sverre Fehn (Norvège)

1998 : Renzo Piano (Italie)

1999 : Norman Foster (Grande-Bretagne)

2000 : Rem Koolhaas (Pays-Bas)

2001 : Jacques Herzog et Pierre De Meuron (Suisse)

2002 : Glenn Murcutt (Australie)

2003 : Jørn Utzon (Danemark)

2004 : Zaha Hadid (Grande-Bretagne)

2005 : Thom Mayne (Etats-Unis)

2006 : Paulo Mendes da Rocha (Brésil)

2007 : Richard Rogers (Grande-Bretagne), voir notre portfolio

2008 : Jean Nouvel (France), voir notre portfolio

2009 : Peter Zumthor (Suisse), voir notre portfolio

2010 : Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa – Sanaa (Japon), voir notre portfolio

2011 : Eduardo Souto de Moura (Portugal), voir notre portfolio

2012 : Wang Shu (Chine), voir notre portfolio

2013 : Toyo Ito (Japon), voir notre portfolio

2014 : Shigeru Ban (Japon), voir notre portfolio

2015 : Frei Otto (Allemagne), voir notre portfolio

 

Toutes les cérémonies à retrouver en vidéo sur www.pritzkerprize.com

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Erreur dans l'article

    A ma connaissance, Luis Barragan n’est pas originaire d’ « Amérique du Sud »… Il est (était) mexicain.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X