Logement

Le prêt social location accession n’a pas la cote auprès des promoteurs

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Financement du logement - Gestion immobilière

Les promoteurs privés ont du mal à se saisir du prêt social location accession permettant de construire des logements destinés aux ménages modestes. Des acteurs de la construction sont revenus sur le sujet, afin de tenter de lever les freins au développement de ce prêt conventionné.

Alors que les acheteurs accédant tardent à revenir sur le marché de l’immobilier neuf, les professionnels de la construction peuvent se positionner sur le prêt social location accession (PSLA). C’est le message passé par les professionnels lors de la 3ème édition du speed-dating du logement organisé par Arkéa Banque E&I.

Le PSLA est un prêt conventionné octroyé à un opérateur (organisme HLM, SEM, promoteur privé, etc.) pour financer la construction de logements destinés à des ménages modestes. Une fois entrés dans les lieux, les occupants peuvent « lever l’option » de rachat et devenir propriétaire du logement. Enfin, les logements financés par un PSLA bénéficient d’une TVA réduite à 5,5%. Problème, « le PSLA est un bon produit, mais encore assez mal connu et difficile à faire sortir dans les quartiers les plus chers », note Laurent Girometti, directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages  (DHUP) au ministère du Logement.

De fait, bien que le PSLA soit ouvert aux promoteurs, « ce sont plutôt les bailleurs sociaux qui s’en sont emparés, note François Payelle, président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). On travaille activement pour que l’offre de PSLA soit plus importante. » Au final, le PSLA est « essentiellement utilisé dans les zones ANRU, indique Daniel Biard, président du comité exécutif du groupe Polylogis. Dans certaines régions, comme en PACA et Languedoc-Roussillon, le produit se tient bien. Dans d’autres, nous avons du mal à le faire sortir, comme dans le Nord-Pas-de-Calais ou de la Bretagne. »

 

Les ménages tardent à lever l’option d’achat

 

Premier frein signalé par les professionnels présents : la complexité du produit. « Il est difficile à mettre en œuvre et pose des contraintes en matière de relogement des ménages », signale Daniel Biard. Et bien qu’il permette de construire des logements moins chers – « à Bordeaux, je sors des opérations à 2 500 euros du m² alors que le prix moyen se fixe à 3 600 euros », assure Loris de Zorzi, directeur de la coopérative HLM Axanis – l’écoulement des stocks demeure difficile.  « Il y a moins de clients », explique Loris de Zorzi. Et pourtant, François Puppuni, président de l’Anru l’assure : « Les classes moyennes issues de ces quartiers veulent acheter dans ces territoires. Et de nouveaux immigrants dotés de la culture de la propriété arrivent sur le marché. »

Une autre difficulté est liée aux ménages, qui tardent à lever l’option d’achat. « Il y a quelques années, elle était levée au bout de six mois en moyenne, assure Michel Dulimon, directeur général du groupement d’intérêt économique (GIE) Yvelines Aménagement. Aujourd’hui, les locataires passent le pas au bout d’un an, voire deux ans d’occupation des lieux. En attendant, nous portons financièrement l’habitation. » Et si la famille quitte le logement avant même de l’avoir racheté, « on a du mal à le revendre car il n’est pas considéré comme du logement neuf, et les nouveaux accédant ne peuvent plus bénéficier du prêt à taux zéro. » Un problème, qui pourrait être réglé « assez facilement d’un point de vue législatif » selon François Pupponi.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X