Entreprises de BTP

Le plafonnement des « niches » fiscales n’arrange pas les agents immobiliers

La Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) s’est dite « très réservée » sur le projet de budget 2006 qui limite les avantages fiscaux liés à l’investissement locatif.

« La FNAIM s’inquiète des conséquences d’une des mesures phare du projet de loi de finances pour 2006: l’instauration d’un plafond fixé à 8.000 euros pour limiter les avantages fiscaux », a-t-elle indiqué.
Le gouvernement a précisé mercredi les « niches » fiscales qui seront soumises à un plafonnement à partir de 2007, à savoir un plafond fixé à 8.000 euros par foyer plus 750 euros par enfant à charge, plus 5.000 euros « en présence d’une personne handicapée ».

Les déductions au titre de l’amortissement « Robien », un dispositif créé pour favoriser l’investissement locatif dans le neuf et l’ancien, sont concernées à compter du 1er janvier 2006.

Ce dispositif fiscal a favorisé la construction de logements neufs, mais certains de ses détracteurs jugent qu’il a aussi contribué au renchérissement du prix des terrains en France, et donc des prix de l’immobilier.
Pour la FNAIM, ces mesures sont « d’autant plus étonnantes que les dispositifs d’incitation fiscale ont prouvé, depuis une dizaine d’années, leur utilité économique et sociale ».
Elle s’inquiète également « des menaces pesant sur le financement du prêt à taux zéro », a-t-elle ajouté.

Au total, ces mesures pourraient apporter « un sérieux coup d’arrêt » à la conjoncture immobilière, « menaçant ainsi la nécessaire création de logements supplémentaires et le niveau de l’emploi », a-t-elle indiqué.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X