Construction Numérique

« Le passage au BIM demandera des investissements conséquents », Jacques Roos (Ingénieurs hospitaliers de France)

Mots clés : Apprentissages - Conception - Établissements de soins - Logiciels - Outils d'aide

A l’occasion des 55e journées d’études et de formation des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF), Jacques Roos, président de l’association et directeur des travaux et infrastructures aux hôpitaux universitaires de Strasbourg, présente l’un des thèmes phares de la rencontre : le Building information model (BIM).

Dans quel contexte les ingénieurs hospitaliers exercent-ils leur métier ?

Jacques Roos : Si nous sommes habitués à gérer des exigences complexes, nous notons depuis plusieurs années deux mouvements divergents. D’un côté, les réglementations deviennent de plus en plus complexes au fur et à mesure que les besoins des patients augmentent. De l’autre, les investissements dans le secteur de la santé diminuent. Ce phénomène sera encore amplifié avec les groupements hospitaliers de territoire (GHT), qui visent à fédérer les hôpitaux afin de réaliser des économies d’échelle, tout en bénéficiant de l’ensemble des savoir-faire disponibles. Alors que nous cherchons à maintenir la continuité du service dans nos établissements respectifs, le BIM semble être un outil particulièrement utile afin de gagner en productivité et en efficience, en particulier pour l’exploitation des bâtiments.

 

Que pouvez-vous attendre du BIM ?

J. R. : Au-delà des images en 3D qui existent depuis 20 ans en France, c’est bien le référencement de l’ensemble des composants d’un bâtiment hospitalier qui nous intéresse. Aux hôpitaux universitaires de Strasbourg, nous gérons chaque année quelque 200 000 ordres de maintenance. Actuellement, nous nous appuyons sur des systèmes de gestion technique centralisée et de gestion et maintenance assistées par ordinateur (GMAO). Nous voyons dans le BIM un outil complémentaire pour interconnecter ces différents systèmes d’information. Le bâtiment est un système complexe qui nécessite un système d’information performant, or cela n’existe pas aujourd’hui, notamment parce que nous rencontrons beaucoup de difficultés à récupérer les dossiers des ouvrages exécutés (DOE) fiables et à les maintenir à jour.

 

Quels sont vos usages de la maquette numérique ?

J. R. : Plusieurs établissements hospitaliers commencent à l’utiliser. A Strasbourg, nous avons travaillé en BIM pour la conception de 70 000 m² de nouveaux bâtiments, sans aller jusqu’au bout du projet car nous n’avions pas contractualisé sur la maquette numérique au préalable. Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Rouen ou les hôpitaux civils de Lyon utilisent certaines des fonctionnalités offertes par le BIM. L’hôpital d’Ajaccio sera réalisé grâce à une maquette numérique. Et je ne suis pas exhaustif. Par ailleurs, un groupe de travail étudie le BIM au sein de la commission ingénierie et architecture de la conférence des directeurs généraux de CHU. Nous espérons bien faire profiter nos adhérents de ces retours d’expérience.

 

Comment anticipez-vous le passage au BIM dans les métiers de l’ingénierie hospitalière ?

J. R. : Beaucoup de questions se posent en matière de contrat de marchés publics avec un projet en BIM. Au-delà des aspects juridiques, ce sera aux maîtres d’ouvrage publics et aux exploitants d’imposer leurs exigences en la matière. Le BIM est aussi synonyme de nouveaux logiciels à appréhender et nécessite aussi des outils informatiques plus puissants que ceux dont nous disposons aujourd’hui. Il me semble que les établissements universitaires, qui disposent de moyens plus importants, seront les premiers à franchir ce cap. Le passage au BIM demandera des investissements conséquents, mais l’amélioration de la productivité devrait compenser ces efforts. Il faut maintenant que tous les acteurs jouent le jeu du BIM. Le plus tôt sera le mieux !

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X