Recherche & développement

Le palmarès des Trophées des TP dévoilé

Les Trophées des TP 2015 ont été remis le 12 octobre à Paris. Sept lauréats ont été distingués parmi 83 candidats. Le Grand prix des TP récompense Solétanche Bachy pour Biocalcis, un procédé renforçant les sols grâce à des bactéries. Revue de détails. 


Co-organisés par Le Moniteur et la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) en partenariat avec Ritchie Bros, les Trophées des TP ont été remis le 12 octobre au soir à la Maison des travaux publics à Paris. L’événement, qui se déroule tous les deux ans, vise à mettre à l’honneur les innovations et les meilleures pratiques des entreprises de travaux publics. Et ce dans six catégories, distinguées par autant de trophées: ressources humaines, acceptabilité des chantiers, numérique, innovations techniques et recherche, processus matériels et environnement. En sus de ces six catégories, un Grand Prix est décerné, distinguant une initiative considérée par le jury – constitué de donneurs d’ordre, de professionnels des travaux publics et de journalistes spécialisés – comme l’innovation majeure de ces deux dernières années.

Cette année, à la date de clôture des candidatures, le 10 juillet dernier, 83 dossiers avait été déposés. Le 3 septembre, un préjury constitué d’experts de la FNTP et de journalistes spécialisés a présélectionné les 18 candidatures (3 par catégories) appelées à être examinées de manière approfondie par le jury final, qui s’est réuni le 16 septembre.

Découvrez le palmarès des Trophées des TP 2015 :

 

Grand Prix : Solétanche Bachy pour Biocalcis, un procédé renforçant les sols grâce à des bactéries


Le procédé « naturel » Biocalcis permet une intervention efficace, dans des conditions difficiles ou pour les sols fragiles, reconstituant un terrain semblable à du calcaire avec un impact minimum sur l’environnement.

La mise au point de Biocalcis est née de la recherche d’un procédé permettant de traiter des sols fins réputés non injectables, particulièrement lorsqu’aucun autre moyen ne peut être mis en œuvre, en cas de très faible perméabilité des sols concernés pour éviter tout risque de montée en pression.

Biocalcis, procédé industriel d’injection destiné au renforcement de sol par voie biologique, est un procédé plus « doux » que ceux existants (jet-grouting), exploitant la capacité de certaines bactéries à calcifier les terrains en place.

La calcite (assimilable à un « grès calcaire ») obtenue agit comme un « ciment biologique » au sein du matériau dans lequel elle se dépose. La bactérie agissante, Sporosarcina pasteurii, est produite en grands volumes par Soletanche Bachy.

Le procédé est  applicable par injection à une très large gamme de perméabilités et de natures de terrains, tout en étant peu intrusif. Il permet également de renforcer des sols fins sous des ouvrages en service sans modifier les propriétés hydrauliques initiales du sol et dans le respect de l’environnement. La résistance mécanique atteinte en quelques heures dans des terrains perméables, y compris des terrains assez fins, sous nappe ou hors nappe, est comprise entre  0,1 MPa et quelques mégapascals. Respectant le volume poreux du sol, Biocalcis ne modifie pas les régimes d’écoulement souterrains. Enfin, le bilan carbone de Biocalcis est très favorable.

 

Trophée RH: Vinci Construction Terrassement pour SIG Compétences, une application qui localise immédiatement les compétences internes

 

L’application développée par l’entreprise permet d’identifier et de localiser sans délai une compétence spécifique, de connaître sa disponibilité, etc.

Dans une entreprise dont l’importance se traduit par un nombre significatif de compétences, mais aussi des implantations géographiques multiples pour répondre aux exigences des marchés, il est parfois difficile de localiser une expertise individuelle. Pourtant, dans certains cas, cette identification doit être assurée rapidement, ne serait- ce que pour des raisons concurrentielles, ou pour éviter un recours à des ressources externes.

Vinci Construction Terrassement est dans ce cas et a mis au point un outil spécifique : SIG Compétences, portail cartographique permettant de visualiser rapidement l’ensemble des compétences de l’entreprise et de les situer. Mutualisant les fonctionnalités analytiques d’un système d’information « classique » et les capacités de géotraitement du système d’information géographique (SIG) développé par la direction technique, SIG Compétences fournit très rapidement  un rendu visuel.Son fonctionnement est aisé à partir d’une interface simple et ergonomique. Il est possible de rechercher par ressource ou par localisation géographique, et d’affiner la recherche par d’autres critères (comme la disponibilité, par exemple). Le système permet également des calculs « industrialisés » sur des volumes importants de données tel le traitement de l’ensemble des salariés de l’entreprise au regard des chantiers en cours.

 

Trophée acceptabilité des chantiers: Albertazzi (groupe Serfim) pour Serfimobility, une balise sonore pour les malvoyants sur les chantiers

 

La prise en compte des personnes à mobilité réduite (PMR) pour le franchissement des obstacles dus aux chantiers urbains trouve une nouvelle solution avec une balise sonore, simple d’utilisation et efficace.

Nombre de chantiers urbains impliquent le détournement de la circulation piétonne. Quel que soit son handicap, la personne à mobilité réduite, et notamment les malvoyants et non-voyants risquent d’être sérieusement désorientés, ne sachant comment contourner l’obstacle. C’est pour répondre au besoin d’indiquer, en amont, le cheminement à emprunter que Serfim a développé Serfimobility. Ce dispositif, qui se présente sous la forme d’un petit chariot à deux roues et d’un panneau d’affichage, aux formes rondes pour éviter toute blessure en cas de collision, est un dispositif d’alerte. Il permet d’indiquer à ceux qui voient le chemin à suivre mais, surtout, déclenche à son approche la télécommande normalisée dont sont équipées les personnes à mobilité réduite malvoyantes. Il émet alors un avertissement sonore sous forme de message signalant l’obstacle et précisant le chemin à suivre pour l’éviter et le dépasser.

Utilisé par paires (un à chaque extrémité du chantier), Serfimobility est équipé d’une batterie rechargeable d’une autonomie d’une dizaine de jours. Déplacé à l’avancement du chantier, il délivre un message actualisé à l’aide d’une simple application bluetooth sur tablette qui permet aussi de gérer le niveau sonore. Serfimobility dont l’usage pourrait être étendu à d’autres lieux nécessitant une signalisation temporaire, a été développé en partenariat avec trois associations : « Point de vue sur la ville », Carpa (Collectif des associations Rhône-Alpes pour l’accessibilité), et l’UNMV (Union nationale des moins valides).

 

Trophée numérique: Charier pour Nomades, un outil de communication et d’enregistrement léger

 

Le développement d’applications spécifiques utilisables sur tablettes numériques simplifie la tâche des cadres de chantier et permet un suivi plus efficace des opérations.

Le projet Nomades de Charier a débuté en février 2014 et équipe depuis juin 2015 l’ensemble des chefs de chantier (une centaine et sept agences). Ils disposent, sur tablette numérique, d’applications spécifiques leur permettant de traiter rapidement de nombreuses opérations incontournables de gestion humaine et financière.

Tout le suivi administratif (suivi des habilitations, pointage des heures de personnel et matériel, réception des livraisons, etc.), autrefois mené au moyen de formulaires qui n’étaient pas toujours adaptés, est désormais assuré de façon dématérialisée. Le reporting autrefois long et complexe aux services intéressés est désormais direct. Les services supports (paie, contrôle de gestion, qualité, sécurité, gestion des gros matériels, etc.) bénéficient donc rapidement de toutes les informations nécessaires dans des échanges sécurisés. Les données indispensables à l’établissement des budgets, pour les chefs de chantier et les conducteurs de travaux, sont aussi suffisamment complètes, assurant une optimisation de la gestion des chantiers.

La dématérialisation a permis de réduire sensiblement l’utilisation du papier, permettant à l’entreprise de mieux appliquer sa politique RSE. Enfin la dématérialisation de documents techniques et leur numérisation assure leur mise à disposition rapide et facilite les consultations.

 

Trophée innovation technique et recherche: Etandex pour Ecomint, des procédés permettant de stopper les infiltrations d’eau dans les tunnels

 

Alternative à des solutions lourdes, les procédés ECOMINT offrent une barrière très mince et efficace contre un phénomène fréquent, source de danger notamment par temps très froid (verglas et stalactites).

Dans le cadre d’un appel à projet d’innovation routière, Etandex a proposé Ecomint (Etanchéité par Coques MINces pour Tunnels), ensemble de procédés d’étanchéité totale à l’aide de solutions minces, adaptables à toutes les géométries, mis en œuvre en limitant les perturbations d’exploitation par des interventions sur des plages horaires limitées. Les trois procédés ECOMINT ont été testés, par le Cetu, sur le plus ancien tunnel des Alpes (percé de 1803 à 1814) de 294 m de long.

Tectoproof CA est un système d’étanchéité liquide adhérent à l’intrados qui associe un primaire époxy pare-vapeur à un composite verre ou carbone-époxy constitué d’une matrice époxy pare-vapeur et d’un tissu de verre. Sur certains supports, le procédé, épais de 3 mm à 3 cm, nécessite un drainage pour éviter la mise en charge de l’ouvrage.

Master Seal 345, système d’étanchéité « sandwich », adhérent à l’intrados, est composé d’une étanchéité filmogène en EVA projeté à froid (de 3 mm) et d’un béton projeté armé ancré assurant la protection de l’étanchéité (5 cm minimum).

Protheane AC/TI est un procédé par coque semi-indépendante drainée ancrée, faisant appel à une nappe drainante de type géogrille fixée au support, à une résine polyuréthanne projetée à chaud à prise instantanée (2 mm) et à un béton projeté armé ancré, pour la protection de l’étanchéité. La coque est maintenue par des fixations en acier inoxydable ancrées dans le rocher.

 

Trophée processus matériel: Eiffage Infrastructures pour Recyclean, un procédé d’encapsulage des chaussées polluées

 

Tant pour les goudrons pollués aux HAP que pour les fraisâts amiantés, la solution Recyclean d’Eiffage apporte une réponse efficace et économiquement intéressante.

Largement utilisés pour les routes, les goudrons contiennent des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques), dangereux pour la santé. L’entretien des chaussées anciennes nécessite leur traitement afin de les neutraliser. La seule solution existante étant leur évacuation en centre de stockage adapté, elle présente d’importants inconvénients par sa lourdeur et son coût, au point de retarder voire conduire à annuler certaines opérations.

Eiffage Travaux publics a mis au point Recyclean, procédé d’encapsulage sous protection humide de ces produits qui en neutralise, de ce fait, les effets et permet leur maintien en place. Le traitement peut être assuré par différents types de machines au ciment ou à l’émulsion, voire en liant mixte, en fonction des types de voiries et avec des épaisseurs de retraitement différentes.

L’efficacité du procédé étant prouvée (notamment par des tests assurés en liaison avec la Dreal et le Cerema), ce principe peut trouver des applications dans d’autres cas de produits pollués ou présentant des risques. C’est par exemple le cas des fraisâts amiantés à l’émulsion de bitume. Deux solutions sont proposées par Eiffage Travaux publics. Selon que l’amiante est chrysotile ou actinolite, on retiendra un traitement puis un envoi en décharge de classe I (soit une économie sur la classe II de 200 euros par tonne), ou un maintien sur place en travaillant sous système de cloche fermée avec de l’émulsion de bitume à la place du liant hydraulique.

 

Trophée environnement: Ecoplage (groupe ATP) pour Enerplage, un procédé permettant de stabiliser les plages, fournir de l’eau potable et produire de l’énergie

 

Stabiliser les plages, procurer de l’eau douce à partir d’eau de mer et fournir de l’énergie, tels sont les trois résultats du système Enerplage développé par Ecoplage, filiale d’ATP.

Enerplage n’est pas seulement efficace, il est écologique et économique. Il associe trois parties : un système de drainage, une micro-station d’épuration et des pompes à chaleur. Le drainage des plages, assuré par un système de recueil des eaux installé dans le sable, en évacuant l’eau infiltrée, assure la stabilisation du sol et participe efficacement à sa durabilité. L’érosion est limitée par l’assèchement de l’estran. Plutôt que de rejeter cette eau, particulièrement bien filtrée par son passage dans le sable, Ecoplage propose de la diriger vers une mini-station d’épuration où, en raison de sa propreté, elle peut directement passer dans un système de filtration par osmose inverse sans préfiltration. 

La chaleur de cette eau est une source d’énergie renouvelable qui peut être exploitée pour chauffer ou climatiser des infrastructures littorales, chauffer l’eau des piscines, des complexes aquatiques… Elle est exploitée grâce à une pompe à chaleur qui transforme le système en producteur d’énergie.

Installé aux Sables d’Olonne, Enerplage est capable de produire environ 4 800 m3/j d’eau potable, alimentant ainsi entre 20 000 et 30 000 habitants et de chauffer 10 000 à 25 000 m2 habitables. Ecoplage travaille actuellement à sa miniaturisation.

 

Focus

Le jury des Trophées des TP 2015

Le jury des Trophées des TP était constitué de donneurs d’ordre, de professionnels des travaux publics, et de journalistes spécialisés:

 Jean-Luc AIGOIN, représentant de l’association Les Eco Maires, maire de Saint-Jean de Serres et vice-président de l’intercommunalité du Grand Alès

 

Olivier BAUMANN, chef du service « Économie-Entreprises », Le Moniteur

 

Marc COURBOT, animateur du groupe de travail « Voirie espace public ouvrages d’art », direction « Espace public et voirie » de Lille Métropole Communauté Urbaine, membre de l’AITF

 

Yves FORTINEAU, président de la commission « Santé sécurité » de la FRTP Pays de la Loire, FNTP

 

Bernard HERITIER, président, Revue générale des Routes et de l’Aménagement

 

Michel LALLEMENT, président de la Délégation du matériel de la FNTP

 

Frédérique LE MONNIER, déléguée Développement durable, direction « Stratégie & territoires », GrDF

 

Jean-Christophe LOUVET, président de la commission « Développement durable » de la FNTP

 

Gilles RAMBAUD, rédacteur en chef, Le Moniteur Matériels

 

Michel SCHIETEQUATTE, directeur commercial France, RITCHIE BROS

 

Marc TASSONE, directeur général, IDDRIM

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X