Transport et infrastructures

Le numéro deux du BTP espagnol rate les aéroports de Londres

Le gestionnaire d’aéroports britannique BAA a annoncé vendredi qu’il « rejette sans hésitation » l’offre de rachat du consortium emmené par le numéro deux du BTP espagnol Ferrovial.

Ce consortium a répondu qu’il était « déçu » par la décision de BAA de rejeter sa proposition « sans l’étudier en profondeur », tout en assurant être disposé à réaliser « une modeste augmentation » du prix si le groupe britannique l’autorisait à effectuer un examen limité de ses comptes et si son conseil d’administration recommandait l’offre.
Dans un communiqué, ce consortium insiste sur le fait que sa proposition est « attractive » pour les actionnaires du groupe britannique.
Elle représente une prime de 27% par rapport au cours moyen de l’action BAA (637 pence) durant les 30 jours précédant le 6 février 2006, veille du début des spéculations sur la possibilité d’une offre sur le groupe britannique, précise le communiqué portant l’en-tête Grupo Ferrovial et remis à l’autorité boursière espagnole.
Un porte-parole de Ferrovial a rappelé que l’action BAA s’est fortement revalorisée depuis le début ces rumeurs.
Selon des sources du marché, il est probable que les deux parties cherchent un terrain d’entente, estimant que « l’ambiance n’est pas hostile pour le moment ».
Pourtant, le Conseil d’administration de BAA, réuni vendredi matin, « a rejeté sans hésitation cette proposition, qui ne reflète pas le début de la valeur véritable du portefeuille unique de BAA », selon un communiqué.
« Sur la base de cette proposition, le conseil d’administration estime qu’il n’est pas dans l’intérêt des actionnaires d’entamer des discussions avec Ferrovial », a ajouté le communiqué du groupe britannique.

BAA possède sept aéroports en Grande-Bretagne, dont Heathrow, et a des parts ou des activités de management dans une douzaine d’autres, notamment Budapest et Naples, ainsi qu’en Australie et sur la côte est des Etats-Unis.
Dans son communiqué, le consortium emmené par Ferrovial propose pour BBA une stratégie centrée sur des investissements en Grande-Bretagne, plutôt qu’à l’international, et sur une augmentation de la capacité des aéroports, notamment dans le sud-est de l’Angleterre.
Le consortium prévoit également de maintenir l’actuelle équipe dirigeante opérationnelle de BAA.
Il soumettra sa proposition à la Commission européenne, dont il espère recevoir le feu vert.
Ce consortium, auquel Ferrovial participe à hauteur de 60%, inclut également la Caisse de dépôts et placement du Québec et une société d’investissement de GIC Special Investiments.
Le financement de la proposition a été négocié avec Citigroup, Royal Bank of Scotland et Banco Santander Central Hispano.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X