Logement

Le nouvel exécutif régional réoriente la politique du logement en Ile-de-France

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Etat et collectivités locales

-

Politique du logement

-

Politique du logement

Le conseil régional d’Ile-de-France, présidé par Valérie Pécresse,  a adopté son dispositif « anti-ghettos ». Désormais, il ne financera plus les logements très sociaux (PLAI) dans les communes qui comptent plus de 30% de logements sociaux.

Conformément à ses engagements de campagne, Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, a fait adopter, le 17 mars, un dispositif « anti-ghettos ». Désormais, la région ne financera plus de logements PLAI (Prêt locatif aidé d’intégration) dans les communes qui comptent plus de 30% de logements sociaux (PLUS+PLAI). « Nous n’allons pas faire moins de logements sociaux. L’enjeu est de mieux les répartir territorialement. Nous assumons cette politique qui consiste à casser les ghettos urbains » a déclaré Geoffroy Didier, vice-président chargé du logement et de la politique de la ville. Il faut arrêter d’empiler de la pauvreté sur la pauvreté ».

 

Dérogations

 

Deux dérogations sont prévues. Il s’agit des opérations conduites par les acteurs de la maîtrise d’ouvrage d’insertion et des projets engagés dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) et qui ont pour objectif de reconstituer une offre démolie (dès lors qu’ils ne conduisent pas à un surplus de PLAI par rapport à l’état antérieur).

Parallèlement, la région va recommencer à financer le logement intermédiaire, abandonné lors de la précédente mandature. Public ciblé : les classes moyennes « qui sont trop riches pour être aidées et pas assez pour accéder au parc privé ». Une réorientation de la politique du logement, qui, selon Geoffroy Didier «va permettre de favoriser la mixité sociale ».

Quant à la création d’un prêt à taux zéro (PTZ) régional, autre engagement de campagne, ce projet est toujours d’actualité. « Nous attendons de voir comment va évoluer le PTZ au niveau national et nous nous calerons sur les décisions prises », a précisé Valérie Pécresse.

 

Mobilisation du foncier

 

Autre délibération adoptée : celle relative à la mobilisation du foncier en faveur du logement. Elle s’articule autour de trois volets : une « nouvelle impulsion » donnée à l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France dont Valérie Pécresse va prendre la présidence ; la mise en œuvre d’un partenariat avec les opérateurs de transport et leurs filiales et la mobilisation du patrimoine foncier bâti et non bâti de la région. Concernant ce dernier point, deux opérations sont d’ores et déjà envisagées : la vente d’un hôtel particulier situé rue Fortuny (XVIIe) à usage de lycée jusqu’en 2010, estimé entre 9 et 11 millions d’euros et la cession d’un local de 330 m² à Versailles, également inoccupé depuis 2010. Par ailleurs, avec l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) de la région Ile-de-France, l’exécutif va recenser le foncier dont elle est propriétaire autour des lycées. Objectif : y construire des logements étudiants.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X