Réalisations

Le Mont-Saint-Michel, bientôt de nouveau entre le ciel et l’eau

Les travaux de terrassement pour rendre son insularité au Mont-Saint-Michel (Manche), qui devraient durer cinq ans, viennent de débuter pour un budget désormais estimé à plus de 190 millions d’euros.
En 1982, une première évaluation avait fixé à 74 millions d’euros le coût nécessaire à la réalisation de ce projet de désensablement de la baie. Puis en 1995, lors du lancement officiel de l’opération, ce montant était passé à 134 millions d’euros, répartis entre les collectivités territoriales et l’État, avec les contributions de l’Union européenne et de l’Agence de l’Eau.

L’État devait apporter 65 millions d’euros, les régions Basse-Normandie et Bretagne respectivement 26 et 4,5 millions d’euros et les départements de la Manche et de l’Ile-et-Vilaine, respectivement, 8,5 et 4,5 millions d’euros.
Mais cette semaine, Philippe Duron, président du conseil régional de Basse-Normandie et président du syndicat mixte chargé de la maîtrise d’ouvrage du projet, a annoncé que le budget pourrait être augmenté de 57 millions d’euros.
Il reste donc au syndicat mixte pour le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, site touristique le plus visité de France après la tour Eiffel et Versailles, et classé depuis 1979 au patrimoine de l’Unesco, à faire un nouveau tour de table auprès des actuels partenaires.
Cette nouvelle évaluation du coût du projet s’explique notamment par une estimation insuffisante du coût de l’évacuation des tonnes de sédiments qui continuent d’affluer chaque jour au pied du célèbre rocher.

D’autre part, la navette prévue initialement pour le transport des visiteurs entre la terre ferme et le Mont ne serait plus suffisante pour un site visité chaque année par plus de 3,2 millions de personnes.
Ce surcoût ne devrait toutefois pas entraîner une remise en question du projet, qui reste l’une des priorités du Conseil régional de Basse-Normandie.

Concernant les deux principaux chantiers, la construction du barrage et la destruction de l’actuelle digue qui sert de parking et de voie d’accès au Mont, pour le moment aucune date n’est avancée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X