Innovation produits

Le miscanthus est-il l’avenir du béton ?

Présenté à Châlons-en-Champagne (Marne) lors d’un salon dédié aux produits biosourcés, le bloc porteur en béton de miscanthus sera bientôt mis en œuvre sur un programme immobilier en Ile-de-France.

C’est un petit mur pour le maçon, mais un grand pas pour le béton. Il s’agissait pour les concepteurs du bloc porteur en béton de miscanthus de faire la démonstration que ce nouveau matériau biosourcé se posait comme un parpaing classique, en présentant à peu près les mêmes caractéristiques que lui. «On a changé le produit, pas le système constructif», résume Bernard Cosnier, directeur R&D d’Alkern, le fabricant de produits préfabriqués en béton.

Le lieu de l’expérience est le salon Siñal à Châlons-en-Champagne, autoproclamé «rendez-vous de la bioéconomie». La préfecture marnaise est d’ailleurs volontaire pour tester en grandeur réelle, sur un vrai chantier, toutes les vertus du béton de miscanthus. Elle se déclare également prête à s’impliquer dans la filière, sous la bannière de l’association Biomis G3 qui fédère agriculteurs, industriels, chercheurs et collectivités locales pour développer ce nouveau produit, d’abord en Ile-de-France, ensuite dans le Grand Est.

 

60% de miscanthus

 

Le béton de miscanthus existe pour l’instant à l’état de prototype. Il prend l’apparence d’un bloc de béton classique de 20x50x20 cm, avec un poids comparable. Le broyat de miscanthus entre pour 60% dans sa composition, en lieu et place des granulats. «Il est trois fois plus isolant que le béton classique, sa tenue au feu est exceptionnelle (4 heures) et c’est le seul bloc porteur parmi tous les bétons biosourcés, ce qui permet de faire du R+2/R+3» (1), soulignent Bernard Cosnier et Mélanie Shink, cette dernière étant responsable projets marketing et innovation de Ciments Calcia, l’autre grand partenaire industriel du projet. «Il convient cependant d’adapter la composition du liant car la cellulose modifie la prise du béton», précise-t-elle, sachant que le miscanthus répond au même cahier des charges que le bloc standard. Le béton de miscanthus sera décliné dans une gamme classique: bloc standard (plein), bloc poteau, planelle isolée et éléments de chaînage horizontal.

 

Une ATEx pour la fin 2017

 

Ce nouveau produit devrait faire l’objet d’une ATEx d’ici à la fin de l’année. Il connaîtra son baptême du feu en février 2018, date de lancement d’un chantier de construction de 46 logements sociaux en béton de miscanthus à Chanteloup-en-Brie, en Seine-et-Marne (La Résidence Urbaine de France, maître d’ouvrage, et Epamarne, aménageur). «Cela représentera 1 700 m2 de façades et 50 tonnes de miscanthus» (2), précise le directeur R&D d’Alkern, ce qui équivaut à cinq hectares de plantations. Le surcoût de la construction est d’environ 2%, une différence négligeable aux yeux de l’agriculteur Jean-Marc Dupré, si l’on admet que les parpaings ne comptent que pour 1 000 euros dans une maison de 100 000 euros.

Les gains de tous ordres générés par le miscanthus lui semblent plus importants: selon son témoignage, il ne nécessite pas de produits phytosanitaires pour sa culture et peut pousser sur une friche industrielle, c’est un piège à CO2, il réduit l’empreinte écologique des bâtiments (produit localement, il économise du transport), est renouvelable et recyclable, indifférent aux termites et aux champignons, pauvre en COV et il pallie la pénurie de granulats naturels.

 

(1) Résistance caractéristique en compression de 3 MPa, résistance thermique de R=0,7 m2.K/W contre 0,2 pour les blocs traditionnels.

(2) Une maison de 120 m2 de façades nécessite 1 200 blocs, soit 3 tonnes de miscanthus. Il faut cultiver 1 ha pour construire trois maisons.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Parpaing vs ciment

    Bonjour, Peux-t-on connaître le pourcentage de ciment qui est nécessaire à la réalisation de ce bloc béton-miscanthus? Pour mémoire un aggloméré type parpaing c’est 5% de ciment, et un béton de chanvre 30%. Le ciment constituant l’un des principal émetteur de GES à l’échelle mondiale (5% des émissions totale planétaire)…
    Signaler un abus
    • - Le

      Pourcentage

      Bonjour, Alkern nous a simplement précisé que le % de ciment dans un bloc en béton de miscanthus est de l’ordre de 15 à 20%.
      Signaler un abus
  • Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Innovation produits ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X