Immobilier

Le Mipim de Cannes de moins en moins mondial

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Manifestations culturelles

L’édition 2015 du salon international de l’immobilier a fermé ses portes le 13 mars. Si les pays européens étaient omniprésents dans les travées du Palais des festivals, les pays asiatiques se sont fait remarquer par leur absence.

Après quatre journées d’exposition, séminaires, tables rondes, cocktails et remises de prix, investisseurs, exposants et maquettes ont quitté la Croisette. La 26ème édition du salon international des professionnels de l’immobilier (Mipim) s’est clôturée vendredi 13 mars, avec une fréquentation en légère hausse par rapport à 2014. 22 000 participants originaires de 93 pays, dont 4 500 investisseurs, ont arpenté les allées du Palais des festivals cette année, contre 21 000 l’an dernier.

Sans surprise, les pays européens ont une fois encore été les plus assidus. Le Royaume-Uni, en particulier, a été omniprésent dans l’ensemble des espaces d’exposition avec de vastes programmes urbains exposés sur plusieurs dizaines de stands, dont le très dynamique pavillon londonien. La France et l’Allemagne ont également figuré parmi les pays les plus représentés. L’Europe centrale et de l’Est n’ont pas été en reste, avec une prédilection pour les projets d’infrastructures logistiques. Il en a été de même pour les pays baltes, qui offrent de belles opportunités dans les secteurs des transports et des programmes urbains.

Mais la grande nouveauté de l’année a résidé dans la présence accrue des pays scandinaves et du Danemark. Leurs stands au design très naturel et soigné ont figuré parmi les plus fréquentés. Au menu : grands projets urbains et complexes résidentiels et de bureaux avec une forte dimension environnementale. La Turquie et la Belgique ont également bénéficié d’une forte visibilité avec de larges espaces d’exposition et des projets ambitieux.

 

Progression du Canada et des États-Unis

 

En dehors de l’Europe, les exposants et visiteurs d’Amérique du Nord se sont déplacés en masse par rapport aux éditions précédentes. Avec 219 entreprises présentes, la fréquentation du salon par les États-Unis a augmenté de 15,3%. Mais la progression de 80% pour le Canada et ses 72 entreprises est encore plus spectaculaire.

« Le MIPIM a enregistré une croissance significative venant de pays européens comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas, ainsi que des États-Unis et du Canada. Cette croissance compense largement la diminution de la représentation de la Russie liée au contexte économique et à la dévaluation du rouble », précisent les organisateurs du salon.

Les exposants et investisseurs russes étaient en effet bien moins présents qu’au cours des précédentes éditions. L’Afrique, l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient ont aussi été sous-représentés, à l’exception du Brésil, de l’Afrique du Sud et des Émirats arabes unis.

Mais l’absence la plus retentissante a été celle des pays asiatiques. Dans les allées comme sur les stands, l’Asie a été la grande absente de ce salon, à l’exception du Japon et de petits espaces pour les Philippines, la Corée du Sud et Hong-Kong. La délégation japonaise, très dynamique, a activement recherché des investissements internationaux pour financer ses grands projets de transports, de logements et de tourisme, mais surtout toutes les infrastructures nécessaires à l’organisation des Jeux olympiques de 2020.

 

La Chine et l’Inde aux abonnés absents

 

En revanche, aucune trace de la Chine, qui est pourtant l’un des acteurs majeurs des marchés mondiaux de l’immobilier et de la construction. Idem pour l’Inde qui dispose pourtant d’un marché en pleine expansion. Une absence qui s’explique en partie par la proximité de l’édition asiatique du salon, Mipim Asia, qui s’est déroulée les 1er et 2 décembre derniers.

La répartition géographique des participants au Mipim 2015 reflète les perspectives du marché de l’immobilier pour l’année à venir. Selon des chiffres présentés par le cabinet de conseil en opérations immobilières Cushman & Wakefield pendant le salon, les investissements dans le secteur devraient augmenter de 11% en 2015 pour atteindre 1 200 milliards d’euros. Une croissance principalement tirée par l’Europe et les États-Unis.
Mais parions que les investisseurs asiatiques seront de retour au Mipim dès les 1er et 2 mai prochains pour la première édition japonaise du salon.


Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X