Industrie/Négoce

Le marché du bricolage reprend des couleurs

Mots clés : Distribution

Selon la dernière étude annuelle des organisations professionnelles Unibal et de la FMB, le marché du bricolage en France a progressé en 2016 de 1,9 %. Si les GSB restent le circuit dominant, le négoce a su redresser la barre avec une croissance de 0,6 %, à 3,7 Mds €.

Les années où le secteur affichait des croissances insolentes de 4 à 8 % sont terminées, comme l’ont rappelé Frédéric Sambourg, le président de la Fédération des magasins de bricolage de l’aménagement de la maison (FMB) et Jean-Eric Riche, le président de l’Union nationale des industriels du bricolage, du jardinage et de l’aménagement du logement (Unibal), en préambule de la présentation de l’étude annuelle réalisée sur le marché du bricolage. Avant de préciser : »c’est un marché mature ».

Néanmoins, après quelques années de quasi-stagnation, il a « retrouvé des couleurs » en 2016 avec une progression de 1,9 %, pour s’établir à 25,4 Mds €. « C’est nettement mieux qu’en 2015 (+0,6 %) et 2014 (+0,8 %) », note la chargée d’études, Juliette Lauzac. Et d’analyser cette dynamique. « Elle résulte de la reprise du marché immobilier jusque-là bloqué aussi bien dans le neuf que dans l’ancien ».    

 

Négoce: fin du recul des ventes

 

Dans ce contexte, les années se suivent pour le négoce mais ne se ressemblent pas sur le marché du bricolage. Le circuit a connu une embellie auprès de la clientèle diffuse (particuliers, autoentrepreneurs, autoconstructeurs, gros bricoleurs…). Il a enregistré une hausse de ses ventes de 0,6 % à 3,7 Mds € d’après l’étude annuelle. Certes, cette croissance est modérée mais elle met un terme un recul quasi continu des ventes depuis plusieurs années: -8,4 % en 2015, -1,6 % en 2014, +0,3 % en 2013, +1,7 % en 2012, 3,9 % en 2011. Et une érosion de ses parts de marché depuis 20 ans : 5 points de moins pour s’établir à 15 % en 2016.

 

128 000 m2 de plus

 

Reste que le principal moteur de ce marché est la grande surface de bricolage (GSB). Cette année encore, elle croît de 1,6 % « pour capter 77 % du chiffre d’affaires du secteur » selon Juliette Lauzac. A noter que ce développement repose encore une fois sur l’effet parc, avec une surface totale de vente qui augmente de 1,1 % à 128 000 m2.

Non seulement, les GSB dominent outrageusement le secteur mais cette emprise se concentre entre quelques mains. L’enseigne Leroy Merlin réalise, à elle seule, un tiers des ventes du circuit (en hausse de 1 % par rapport à 2015). C’est 16 % de plus que le numéro deux du marché Castorama (-1 % à 17 %) et 19 % de plus que le troisième, Brico Dépôt (0 % à 14 %).

Mais aussi entre deux groupes: Adéo (Leroy Merlin Weldom, Bricoman) et Kingfisher (Castorama et Brico Dépôt). Ils totalisent 71 % des passages en caisse du circuit avec près de 14 Mds €. Dans le détail, Adéo détient 40 % de part de marché (+ 1 %) et Kingfisher 31 % (-1 %).

 

Samse et Cofaq se maintiennent

 

Loin derrière le peloton de tête, on retrouve les outsiders: le duo d’indépendants Bricomarché (ensiegne de bricolage du groupement des Mousquetaires) et Mr Bricolage avec 10 % chacun. Ils distancent eux-même le Groupe Bourrelier (enseigne Bricorama, 3 %), Brico Leclerc (2 %), le Groupe Samse (enseignes La Boite à outils et l’Entrepôt du bricolage, 2 %) et Cofaq (enseignes Brico Pro et Brico Pro Relais, 2 %).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X