Industrie/Négoce

Le marché de la fenêtre poursuit son repli en 2015

Mots clés : Fenêtre - Innovations

 9 millions de fenêtres ont été installées en 2015, en léger repli de 0,8% par rapport à l’exercice précédent, selon un étude du cabinet TBC Innovations.

 

Avec environ 9 millions de fenêtres installées en 2015, le marché national a enregistré une légère décrue de 0,8%, selon une étude de TBC Innovations. Le chiffre le plus faible de ces 10 dernières années, et un mouvement continu depuis 2008 où plus de 11 millions avaient été commercialisées.

Selon les consultants de TBC Innovations. « La rénovation de fenêtre en résidentiel progresse (…) elle demeure le premier débouché du marché« , assurent-ils. S’ils soulignent que les ventes en promotion immobilière ébauchent une reprise, et que les mises en chantier ont cessé leur baisse au dernier trimestre de l’an passé, ils expliquent également : « Le segment de la construction neuve pour les fenêtres continue de reculer« . Ce dernier segment ne représente qu’un tiers du marché total, contre deux tiers à la rénovation, mais les volumes décroissent régulièrement.

  Les maisons individuelles en tête du marché

 D’après l’étude, c’est la maison individuelle qui domine largement le marché (61,5 %) loin devant le collectif (23 %) et le non résidentiel (15,5 %). Pour les matériaux employés, les consultants soulignent : « L’aluminium consolide ses positions, c’est l’un des seuls matériaux, avec le mixte aluminium-bois, qui n’est pas impacté par le recul des ventes de fenêtres« . Les produits en aluminium représentent désormais 25 % du marché français, qui reste cependant dominé par le PVC blanc. Le document met en lumière un autre phénomène, la progression de la coloration des fenêtres : 28 % d’entre elles, qu’elles soient en PVC ou en aluminium, sont colorées (+2 % par rapport à 2012).

 Une année 2016 en hausse

 Autre constat, les fenêtres affichent des capacités d’isolation de plus en plus élevées. En 2015, plus de 45,7 % des ventes concernaient des produits présentant un coefficient Uw compris entre 1,4 et 0,8 ou moins. « Notons qu’en 2012, cela ne représentait que 22 % des ventes « , semblent s’étonner les experts. Conséquence : les produits les moins performants ont été chassés du marché : ils ne représentent plus que 0,4 % des ventes soit moins que les produits extrêmement performants qui eux atteignent les 0,8 %.

 Du côté des professionnels, l’enquête, menée auprès de 50 d’entre eux, révèle qu’ils ont une vision positive de l’évolution de leur activité. Environ 38 % auraient perçu une augmentation des ventes contre 23 % en 2014. Quant aux perspectives pour 2016, celles-ci sont plutôt encourageante : les professionnels du PVC estiment que leur marché restera stable (42 %) ou qu’il sera en hausse (23 %), tandis que ceux de l’aluminium sont encore plus optimistes, avec une stabilité espérée par 39 % d’entre eux et même une croissance, attendue par 36 %.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X