Immobilier

Le marché de l’immobilier francilien est en « phase d’ajustement » selon les notaires

L’étude 2006 des notaires de Paris et d’Ile-de-France indique que la progression des prix est passée sous la barre des 10% à Paris et que le neuf s’est mieux vendu que l’ancien en Ile-de-France. Les notaires font état d’une phase d’ajustement : « la première depuis sept ans ».

« Il y a un fléchissement de la hausse », a indiqué Me Catherine Carely en relevant que « pour la première fois depuis 7 ans, les prix à Paris pour les appartements anciens étaient passés sous la barre symbolique des 10% ».
Mais il s’agit toujours « d’une hausse », a-t-elle relativisé, de 9,9% pour un prix moyen de 5.772 euros le m2.
En petite couronne (départements des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), les prix dans l’ancien sont en moyenne à 3.600 euros le m2, le plus haut prix jamais atteint, soit une hausse de 10,3% en un an.
En grande couronne (Yvelines, Seine-et-Marne, Val d’Oise), les prix des appartements dans l’ancien ont augmenté de 11,1% contre 17,3% un an plus tôt. Le prix au m2 est de 2.864 euros, soit 20% de moins qu’en petite couronne et 50% de moins qu’à Paris.
Tous ces prix donnés en moyenne cachent des disparités locales très fortes, selon les arrondissements à Paris, mais aussi en Ile-de-France, où l’ouest est plus cher que l’est.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X