Chantiers

Le « Marbre d’ici » valorise les gravats des banlieues

Mots clés : Carrelage - Politique de la ville - Produits et matériaux

Briques, bétons, pierres, tuiles, carrelages… Que faire des déchets de déconstruction ? Sur le Plateau d’été, installé sur les chantiers de la ZAC du Plateau d’Ivry-sur-Seine, ils ont été transformés en « Marbre d’ici ». Un matériau local et coloré.

Le « Marbre d’ici », bien qu’encore rare, n’est pas bien cher. Sa recette : des gravats de chantiers réduits en poudre, de l’eau et un liant que l’on malaxe dans une bétonnière. Ce matériau est l’un des projets de TRANS305, un programme artistique et culturel qui s’installe chaque été depuis trois ans sur les chantiers de la ZAC du Plateau à Ivry sur Seine (94). Cette année, le laboratoire mobile dédié au « Marbre d’ici » a tourné à plein régime pendant deux semaines pour tester les potentialités de ce nouvelle matière issue du recyclage local.

« Les expérimentations sur le chantier ont surtout porté sur le rendu esthétique » explique l’artiste plasticien Stefan Shankland, initiateur du projet. Car le « Marbre d’ici » n’est pas uni. Il se compose au contraire de strates colorées : ocre, gris, beige, mauve… Les déchets étant finement triés par teinte avant d’être concassés, il y a au moins autant de couleurs que de types de matériaux. Le chantier d’été a été l’occasion de créer des mélanges, d’observer comment les strates se mélangent et de tester différentes techniques de coulage et de coffrage. 

Dalle ou sculpure?

 

Quant aux potentialités techniques du « Marbre d’ici », elles seront davantage explorées à la rentrée avec une entreprise de maçonnerie. « D’un point de vue empirique, notre matériau peut tout à fait  être mis en œuvre pour des éléments non structurels précise Stefan Shankland. Dalle, assise, parement… on peut imaginer de nombreuses utilisations ! » Compte tenu du mode de fabrication, chaque lot est unique. Impossible, donc, d’obtenir une décennale pour la mise en œuvre du « Marbre d’ici » qui devra se contenter du statut d’œuvre d’art.


Pour rendre hommage à son origine, il sera intégré à la nouvelle place du Général de Gaulle de la ZAC : soit sous forme de dalle coulée au sol soit sous forme de sculpture. « Le but n’est pas de laisser un objet indestructible et éternel souligne le plasticien, mais un ouvrage qui aura le droit de se dégrader, d’évoluer. »

En 2015, d’autres sites de démolitions en Ile-de-France recevront la visite du laboratoire mobile de fabrication du « Marbre d’ici ».

 

 

« Superplace », la troisième édition du Plateau d’été sur la ZAC du Plateau, s’est tenue du 28 juin au 12 juillet.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X