Profession

Le mal-logement, le thème maxi-costaud du concours Mini Maousse

Mots clés : Architecture - Bâtiment d’habitation individuel - Conception

La 6e édition de cette compétition a été lancée lundi 13 avril à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris. Elle invite les étudiants en architecture, design, paysage ou ingénierie à imaginer une nouvelle forme d’habitat modulaire. En 2016, les lauréats pourront réaliser un prototype à l’échelle 1.

Mini Maousse, depuis 2003, est une hyper opportunité pour des jeunes concepteurs de se frotter à l’architecture en micro-format. Bref, ce concours biennal, lancé notamment par la Cité de l’architecture et du patrimoine et ouvert aux étudiants des écoles d’architecture, de design, de paysage ou d’ingénierie, permet d’acquérir une expérience peut-être petite mais pas miniature pour autant : les lauréats, en effet, sont récompensés par la possibilité de réaliser leur projet à l’échelle 1, à l’occasion d’un chantier-école.

Surtout, la 6édition de cette compétition, qui a été lancée lundi 13 avril, a développé une giga ambition. Si jusqu’alors Mini Maousse s’était souvent distingué par ses thèmes ludiques, vaguement farfelus, allant des architectures pour animaux aux minimaisons roulantes, le concours s’attaque cette fois à ce sujet des plus costauds qu’est le mal-logement. La Cité de l’architecture et du patrimoine et son long cortège de partenaires, dont la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal), le VIA (Valorisation de l’innovation dans l’ameublement) ou l’Ecole supérieure du Bois, invitent ainsi les participants à travailler sur le projet d’une unité d’habitation « modulable, adaptable, empilable, démontable et transportable ». Leur projet devra ainsi pouvoir répondre aux besoins de familles ou de personnes isolées en situation de grande précarité, mais aussi de travailleurs saisonniers ou d’étudiants. Pour l’occasion, le concours a d’ailleurs été intitulé « La nouvelle maison des jours meilleurs », en hommage à Jean Prouvé et au dispositif qu’il avait conçu à la suite de l’appel de l’hiver 54 de l’Abbé Pierre.

 

Trois situations réelles

 

Pour concevoir leur module, les étudiants pourront cette fois tirer parti de trois situations hyper-réelles : Nantes Métropole, en Loire-Atlantique, leur propose en effet de penser une solution pour deux parcelles de l’Ile de Nantes afin de permettre d’accueillir décemment des familles qui vivent aujourd’hui dans des bidonvilles, tandis que la commune de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, soumet à leur réflexion l’idée de transformer un terrain d’une colonie de vacances qu’elle possède à Saint-Jean-de-Monts, en Vendée, en lieu de villégiature pour des foyers modestes. Si Mini Maousse doit essentiellement conduire à la réalisation d’un prototype au cours de l’été 2016, les deux collectivités caressent le maxi-espoir de faire aboutir des réalisations très concrètes.

Désormais, les écoles vont devoir s’emparer du sujet afin de l’inscrire dans leur programme pédagogique de l’année 2015-2016. Mini Maousse devient d’ailleurs ultra francophone puisqu’il s’adresse aussi aux établissements belges, suisses mais aussi tunisiens (dans ce dernier cas, la compétition fait l’objet d’un règlement spécifique). Les étudiants participants auront ensuite jusqu’au 14 janvier 2016 pour envoyer leur proposition. Le cahier des charges, le règlement et le calendrier sont détaillés sur minimaousse6.fr, le super site dédié à la compétition et à ses colloques d’ouverture (voir ci-dessous).

Focus

Appel à contributions

Mini Maousse 6 prévoit aussi la tenue de deux colloques sur le thème de l’habitat temporaire et modulaire, en octobre prochain à Paris et Nantes. Pour nourrir le débat, la Cité de l’architecture et du patrimoine lance un appel à contributions pour détecter des exemples – déjà réalisés – d’architectures qui ont su répondre au besoin de logements des plus précaires. Ces expériences peuvent avoir été menées en France ou à l’étranger. Les informations les plus complètes possibles sont à adresser au secrétariat du concours Mini Maousse.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X