Réalisations

Le Mabilais redevient l’immeuble totem des nouvelles technologies rennaises

Mots clés :

Architecte

La «French Tech Rennes Saint-Malo» s’installe au Mabilay, un immeuble emblématique conçu dans les années 70 par l’architecte Louis Arretche et où sont nés le Minitel et la carte à puce.

Rennes Métropole a acquis trois plateaux d’une des ailes de l’immeuble Mabilay pour y installer l’écosystème de la «French Tech Rennes Saint-Malo». Établie sur 2 100 m2, dans des espaces aménagés par l’agence S.A.GA, «French Tech Rennes Saint-Malo» s’organisera désormais dans un ensemble cohérent, sur trois niveaux «tel les trois étages d’une fusée» avec des fonctions distinctes et spécifiques pour chacun des niveaux: fréquentation occasionnelle au niveau 1, régulière au niveau 2 et hôtel d’entreprises avec des baux de 2 ans renouvelables une fois pour des surfaces allant de 50 à 200 m2. L’immeuble accueille, outre ces start-up, une dizaine d’entreprises dont ArmorGreen et I3L (groupe Legendre) et un café-restaurant.

En plein centre-ville, ce bâtiment réalisé par l’architecte urbaniste Louis Arretche au début des années 70, a abrité pendant trois décennies la Direction tégionale de Télécommunication et France Télécom, qui ont quitté le bâtiment en 2008. C’est dans cet immeuble que sont nées nombre d’innovations comme le Minitel ou la carte à puce.

Désaffecté, l’immeuble était devenu obsolète en particulier sur le plan énergétique. Le groupe Legendre et l’agence rennaise Unité ont relevé le défi de réhabiliter cet édifice très symbolique pour les Rennais. Après de lourds travaux de déconstruction et de désamiantage (2010-2011), le béton de la façade a été lavé à haute pression et hydrofugé afin de mettre en valeur sa couleur originelle selon la volonté de l’architecte des bâtiments de France et de l’architecte conseil de la Ville de Rennes. Trois jardins imaginés par les paysagistes nantais de Phytolab viennent habiller les pourtours du bâtiment.

Aujourd’hui, le Mabilay a retrouvé les standards du marché de bureaux (BBC rénovation 2009). Ce bâtiment tripode de sept étages englobe aujourd’hui 16 250 m2 de bureaux divisibles (21 plateaux) et dispose, en pied d’immeuble, d’un restaurant coffee-shop avec terrasses et jardins et salles de séminaires, ainsi que de 271 places de stationnement au total.

Enfin, le Mabilay est sublimé la nuit par l’œuvre lumineuse de Bruno Peinado. Sa tour de 83 m -anciennement hertzienne- fait aujourd’hui partie de cette mise en lumière.

 

Histoire du Mabilay, bâtiment totem des nouvelles technologies rennaises

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X