Innovation produits

Le lorrain Euromac 2 veut bousculer la construction béton

Mots clés :

Béton

-

Produits et matériaux

La lente généralisation de la maison passive et l’approche de l’échéance de la RT 2020 feront-elles le déclic pour Euromac 2 ? Pionnier de la construction passive, revendiquant les solutions les plus performantes, le fabricant lorrain de composants de gros œuvre estime ne pas encore s’être développé à la hauteur du potentiel de son système béton/polystyrène expansé.

Basée à Folschviller en Moselle sur un ancien carreau de mine, la PME de 90 salariés réalise chaque année un millier de logements et équivalents-logements en BBC, passif ou positif. Le volume pourrait être supérieur, reconnaît-elle. «Notre activité se répartit entre 35% de primo-accédants, 35% de seniors et des équipements publics locaux. En habitat, elle se concentre sur le diffus: pavillon individuel, voire petit collectif», énonce Michel Kratz, président.

Curieux discours dans la bouche d’un fabricant de matériaux. En fait, Euromac 2, c’est un peu la version hybride de la construction. L’entreprise conçoit certes des blocs de béton, des dalles et des panneaux de toiture. «Mais depuis les débuts en 1976, les particuliers viennent nous voir pour comprendre les systèmes constructifs et recevoir des conseils, y compris pour de l’auto-construction. Ce qui fait de nous des vendeurs de maison, par la force des choses et dans une certaine mesure», poursuit le dirigeant.

 

Réseau de maçons agréés

 

Aujourd’hui, le téléphone et Internet deviennent la porte d’entrée. «Notre site reçoit 100 000 visites par an, un score exceptionnel pour une entreprise de notre profil. Pour gérer les appels, nous avons constitué un plateau de traitement, qui qualifie la demande pour orienter vers le commercial qui dirigera vers le maçon de son territoire», décrit Michel Kratz.

Euromac 2 a en effet constitué un réseau d’une centaine de maçons agréés en France. Ses techniciens les accompagnent sur le premier chantier d’application, afin de garantir la qualité de réalisation.

L’entreprise estime avoir mis au point le système de construction qui combine le mieux efficacité thermique, légèreté et simplicité de mise en œuvre.

 

Système constructif en trois parties

 

Ce système se compose trois parties. Premier élément, le bloc coffrant isolant se constitue de deux panneaux de polystyrène expansé qui sont reliés par des entretoises métalliques directement moulées dans la masse, procurant une «parfaite» étanchéité à l’air, selon l’entreprise. Les blocs empilés sont alors prêts à recevoir le béton en formant une double enceinte isolante, à l’intérieur et à l’extérieur. Les parois régulent l’inertie thermique. Le bloc le plus épais (50 cm) atteint un R légèrement supérieur à 10 m2.K/W et ramène son U quelques centièmes sous 0,1W/m2.K.

Le système se complète de dalles coffrantes et de panneaux de toiture, caractérisés notamment par leur légèreté (5 et 5,5 kilos par mètre linéaire), et pour les premières, leur résistance à une charge d’1 tonne au m2.

«Reposant sur l’isolation intégrale par l’extérieur, notre solution répond simultanément aux défis de la suppression totale des ponts thermiques, de l’inertie et de l’étanchéité à l’air. Il réalise en une seule opération simple le montage des murs, la pose de l’isolation thermique, l’étanchéité et l’isolation phonique», appuie Jean-Yves Chapoutot, directeur du développement. Le coût total du mètre carré fini (gros œuvre, isolation thermique et acoustique, étanchéité) est annoncé autour de 80 euros pour une réalisation conforme à la RT 2012.

Pour preuve de sa qualité d’offre, Euromac 2 souligne ses succès sur les marchés d’Allemagne, de Suisse et de Scandinavie, «les plus difficiles d’Europe» rappellent leurs dirigeants. L’export représente 20% de son activité.

En France, les choses se mettent à bouger. Après une stagnation à 15 millions d’euros annuel, le chiffre d’affaires connaîtra une croissance de 16% en 2016, au regard de l’état du carnet de commandes. De quoi justifier sa récente sélection dans le «programme accélérateur de PME» de BpiFrance.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X