Construction Numérique

Le logiciel Newforma retrouve toutes les données des projets de construction

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

La jungle d’informations que représente l’ensemble les données mobilisées au cours d’un projet peut égarer les différents acteurs qui y travaillent et nuire à leur efficacité. Pour s’y retrouver, Newforma propose un système d’indexation, de planification et d’échange d’informations.

«La quantité de données sur un projet de construction ou de rénovation qui dure plusieurs années est à la fois énorme et difficile d’accès », résume Frédéric Betbeder, responsable du pôle innovation pour l’architecture et l’urbanisme durable chez Nobatek. Facteur aggravant, ces informations prennent des formes variées : fichiers xls, pdf, doc ou dwg, mais aussi e-mail, plans, dessins, schémas, photos, etc. C’est pour faire face à cette importante multiplication des données que le centre technologique a choisi d’équiper dix postes de travail du système informatique Newforma.

Présente aux Etats-Unis depuis onze ans, la solution arrive tout juste en France. Mais de quoi s’agit-il exactement ? « Dédié aux entreprises qui travaillent dans l’architecture, l’ingénierie et la construction, notre système sert à la fois à indexer les données d’un projet et à améliorer la traçabilité des échanges », décrit Alexandre Tartas, vice-président pour l’Europe de Newforma. Le logiciel indexe les données de 250 formats de fichiers différents. « Cela permet de retrouver rapidement la performance acoustique d’une cloison dans le rapport d’un acousticien qui compte près de 100 pages », souligne Frédéric Betbeder. L’indexation peut concerner un projet passé, en cours ou qui débute. Pour l’utilisateur, l’interface rappelle celle de l’explorateur de fichiers sous Windows. Il suffirait donc de glisser les fichiers à indexer dans Newforma pour que l’indexation débute ? « Il est tout de même nécessaire d’avoir en tête les règles de qualité et d’organisation du répertoire », nuance Frédéric Betbeder. Newforma prévoit d’ailleurs deux séances de formation de 90 minutes chacune pour les collaborateurs qui commencent à utiliser le logiciel.

 

Conserver l’historique des échanges

 

« Une fois les données indexées, le système va conserver la traçabilité des échanges, qui s’effectuent tous via notre plate-forme », indique Alexandre Tartas. Par exemple, il est possible de transmettre un plan avec une tâche assignée et éventuellement un délai de réalisation. Les utilisateurs externes se connectent alors via l’interface web de la plate-forme, qui conserve l’historique.

Côté équipement informatique, l’installation du système requiert la mise en place de deux serveurs distincts. Le premier, situé dans le réseau interne de l’entreprise et protégé par le pare-feu, va servir à indexer toutes les données. « Les données ne sont ni modifiées, ni copiées sur un serveur distant », insiste Alexandre Tartas. Un deuxième serveur héberge la plate-forme d’échange pour les intervenants externes à l’entreprise.

Par ailleurs, plusieurs applications mobiles ont été développées afin d’accéder à la plate-forme depuis le chantier. Elles permettent de voir les plans, de prendre des photos, d’éditer le rapport de visite, ou d’accéder au répertoire des acteurs du projet.

La mise en place du système représente un budget de 6 300 euros HT, auquel s’ajoute une licence annuelle de 250 euros HT/utilisateur pour la version standard.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X