Profession

Le logement des démunis, grand absent de la campagne présidentielle

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Elections - Logement social

A l’approche de l’élection présidentielle, Patrick Coulombel, président de la fondation Architectes de l’urgence déplore l’absence de propositions de la classe politique en faveur du logement des démunis. Il s’en explique dans une lettre ouverte aux candidats.

Une fois de plus, le logement est le grand absent de la campagne présidentielle.

Les jeunes qui ne peuvent se loger décemment, les personnes âgées contraintes à quitter un logement qu’elles ne peuvent plus entretenir, le nombre de SDF qui ne cesse de gonfler, le retour en force des habitations insalubres ; tous ces problèmes réels, permanents, vitaux font l’objet de vagues déclarations mais aucun programme d’aucun candidat ne comporte de véritables propositions concrètes.

Bien que toutes les victimes de cette précarité soient des électeurs… les candidats ne proposent rien pour des raisons qui relèvent surtout de l’incompétence, d’un manque de volonté d’innovation, d’une absence d’énergie nécessaire pour secouer le poids des réglementations et pour réformer des outils administratifs incapacitants.

Car les solutions existent et elles ne résident pas dans un slogan tel que « Le Droit au Logement » à l’effet infinitésimal.

La fondation Architectes de l’urgence a démontré à maintes reprises dans des pays victimes de catastrophes, qu’il est possible de construire des habitations et des équipements de très bon niveau à des prix extrêmement bas en respectant les normes de sécurité, de développement durable, d’esthétique et de confort. 

Nous savons améliorer une habitation avec des moyens très limités. Nous pouvons également bâtir avec peu, en dur, en aidant les gens à construire leur propre habitation. Nous avons réussi en Indonésie à Sumatra et à Java après les tremblements de terre, au Pakistan après les inondations dans le Sinhd, au Pérou après le tremblement de terre de Pisco et même en Haïti difficilement, mais on y arrive….

Alors pourquoi pas en France?

Il est urgent, vital, prioritaire, de prendre le problème à bras le corps, d’utiliser les savoir-faire et de libérer les compétences bloquées par la toute puissante administration française qui rend toute innovation impossible.

Il faut que les architectes, qui, par leur formation, réunissent les connaissances en ces domaines, puissent se mettre au service de tous et non pas seulement des nantis. Et pourquoi ne pas leur demander un service citoyen comme aux médecins liés par le serment d’Hippocrate ou les avocats qui doivent assurer « l’aide juridictionnelle » ?

Le logement décent pour tous est l’un des plus importants besoins de notre société et il ne cesse de s’aggraver. Les candidats à la présidentielle doivent s’engager concrètement sur un plan d’action précis pour une aide véritable au handicap, pour apporter les solutions à l’habitat insalubre, pour l’aide au logement des séniors, pour améliorer les conditions de vie dans les baraquements. 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X