Paysage

Le jardin de la COP 21, un moteur de croissance verte

Mots clés : Aménagements extérieurs - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

Seul espace vert dans l’enceinte de la COP 21, un jardin de 140 m2, aménagé dans l’atrium du centre de conférences du Bourget, porte en germe un nouveau modèle économique dans le monde du paysage.

10 millions d’euros de chiffre d’affaires dans les trois ans, et 10 000 emplois dans une filière d’économie circulaire centrée sur le jardin : Bruno Carrier, président de la SAS à capitaux variables Plantationsbio, prend le pari. Son secret ? Une micro-usine chargée sur conteneurs pour transformer les déchets verts en « smart pellets » et « smart chips », combustibles adaptés aux chaufferies biomasse. La diffusion de cette innovation brevetée repose sur les 485 actionnaires de la société créée fin 2014 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), recrutés pour la plupart dans le monde des toutes petites entreprises (TPE) du paysage.

 

Jardins créés en ligne

 

Partenaire officiel de la Cop 21 et créateur du jardin installé pour l’occasion dans l’atrium du centre de conférences du Bourget, Plantationsbio a porté cette réalisation avec une entreprise de conception détentrice d’un autre concept innovant : « Mon jardin en ligne » rode depuis avril 2014 un mode d’accès à la commande par internet. A partir des photos et des cahiers des charges transmis par des particuliers, Catherine Dufour et Raoul Relave, les deux créateurs, dessinent les projets, donnent les prescriptions et l’estimation des coûts. « La moitié des  clients réalisent eux-mêmes, et les autres transmettent nos projets aux entreprises », précise Catherine Dufour. Une centaine de particuliers – dont beaucoup de quinquagénaires demandeurs d’un entretien minimal – se sont déjà adressés à l’entreprise d’Ecully (Rhône). La conception d’un jardin de 200 m2 coûte 349 euros en 2D, et 150 de plus en 3D.

 

Métaphore universelle

 

Avec la Cop 21, le groupement Plantationsbio – Mon jardin en ligne tient une référence emblématique de l’innovation made in France : « humide ou dunaire, des paysages de landes à ceux des montagnes, cet espace montre la diversité des écosystèmes naturels compatibles avec les climats français, reflets de ceux du monde, sans pour autant oublier l’art des topiaires », résume Bruno Carrier. Le créateur de Plantationsbio met en application pratique son passé d’enseignant chercheur spécialiste des modèles écosystémiques pour « réussir la transition énergétique à travers les jardins ».

Alimentée en végétaux par les pépinières Chatelain, la métaphore universelle du Bourget s’inscrit dans la modernité, à travers l’éclairage led fourni par Neolux. Plantationsbio, qui annonce déjà 7,3 millions d’euros de commandes, compte rebondir sur cette réalisation pour multiplier les marchés tant dans la création et l’entretien de jardins que dans leur recyclage sous forme d’énergie thermique et électrique locale issus des produits de l’élagage, de l’abattage et de la tonte.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X