Ingénierie

Le groupe d’ingénierie Betem développe son maillage national par le rachat du groupe SLH

Mots clés : Conception - Concurrence - Maîtrise d'ouvrage

Le groupe toulousain Betem vient de racheter début décembre le groupe SLH et renforce son maillage avec douze agences territoriales et thématiques dans l’ingénierie et l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Faisons le point avec le président et le directeur général de Betem.

Le groupe Betem est un bureau d’études techniques pluridisciplinaire du bâtiment, de l’infrastructure et de l’environnement créé à Toulouse il y a 40 ans. Il est dirigé depuis 2015 par un duo: Philippe Mercier (Insa Toulouse), actionnaire majoritaire de Betem Ingénierie, en est le P-DG depuis un an. Bruno Marin (ex-directeur régional de Grontmij) est le nouveau directeur général.

Début décembre, Betem a finalisé le rachat du groupe SLH implanté à Paris, Toulouse, Montpellier, Aix-en-Provence et Nice. Ce groupe intervient également dans l’ingénierie et l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) dans les domaines de l’aménagement urbain, de la santé, de l’industrie, de l’hôtellerie, du logement et du tertiaire.

Pourquoi ce rachat ? «Nos métiers et notre relation aux clients sont identiques, notre maillage territorial complémentaire. SLH a une activité de contractant général, implantée sur les deux sites de Gentilly et Aix-en-Provence», explique Philippe Mercier, P-DG du groupe. «Chaque entité a ses particularités: une grosse entité d’ingénierie générale et de contractant général (AMO-D) à Gentilly et Aix et une forte compétence infrastructures à Aix et Nice. Leur agence de Montpellier (AMO) a été rattachée à Aix. Après le redressement judiciaire de SLH, nous avons intégré 43 personnes dans nos filiales régionales et métiers: Aix-en-Provence devient un établissement de Betem infrastructures et la partie ingénierie rejoint Betem PCA, L’AMO rejoint SLH Betem. Et SLH Ingénierie rejoint Betem Ile de France et Toulouse rejoint Betem Midi-Pyrénées.»

 

La dématérialisation renforce la nécessité du dialogue en amont

 

Ce rapprochement passe par une conviction: «nous avons la même vision du métier. Nous avons le sentiment très net que la dématérialisation croissante des procédures, de la conception permet d’impliquer nos métiers de l’ingénierie toujours plus en amont dans les projets. Cela implique un dialogue accru avec nos partenaires, architectes et maîtres d’ouvrage. Nous ne sommes plus des ingénieurs exécutants un plan, mais des partenaires techniques, ayant une force de proposition, sur des solutions adaptées, ou innovantes aux projets. L’ingénierie doit être à l’écoute et force de proposition, ce qui est aussi important que la dématérialisation, la maquette numérique» précise Philippe Mercier.

Bref, «là où tout le monde de la construction veut faire du low cost à court terme, nous préférons proposer une vision globale des solutions, que nous discutons en amont avec les partenaires, afin que leurs choix soient éclairés» poursuit Philippe Mercier.

 

Mandataire d’ingénierie de la base Ariane 6

 

Complémentaire également sur les métiers, SLH avait de bonnes références en hospitalier, en logement, en OPC complexe et en IGH. Betem était moins présent sur Paris et le grand Sud-Est. Le rachat permet désormais de mailler le territoire national complètement.

Parmi les dernières références: le groupe Betem est mandataire de l’assistance à maîtrise d’œuvre du Cnes pour la construction de la base d’Ariane 6 en Guyanne. Un nouvel hôtel sur l’aéroport de Blagnac, deux écoles en BIM Management sur Paris et l’extension d’une usine du Sictom en Ile-de-France avec Reichen & Robert, pour lequel Betem est bureau d’études, BIM Manager (phasage en BIM 4D). L’entité Betem XD est dédiée aux modélisations informatiques, maquettes numériques et BIM Management.

A l’international, Betem vient d’être référencé comme bureau d’études agréé par le ministère des Affaires étrangères, pouvant travailler sur les ambassades. «Nous accompagnons des industriels français à l’export, nous avons créé un établissement au Cameroun en support de Veolia pour une usine de potabilisation d’eau» précise Bruno Marin.

Le groupe Betem compte désormais 230 collaborateurs pour un chiffre d’affaires prévisionnel 2017 de 24 millions d’euros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X