Construction Numérique

Le gros œuvre d’une maison imprimé en quelques jours

Mots clés : Gros oeuvre - Logement social

L’événement est présenté comme une «première mondiale». Ce mardi 12  septembre démarre à Nantes un chantier unique: la construction par impression 3D du gros œuvre d’une maison HLM.

Cela fait des mois que les chercheurs de l’université de Nantes s’activent pour mettre au point un système constructif unique au monde baptisé BatiPrint3D. «Nous avons obtenu un Atex de type B pour l’ensemble du système constructif et ce chantier fou peut véritablement commencer» se félicite Benoît Furet, professeur-chercheur à l’IUT de Nantes en charge du projet.

Le jour J est donc arrivé. A l’occasion de la Nantes Digital Week, les équipes du consortium réunissant des acteurs publics et privés (Université, Ouest Valorisation, Caisse des dépôts, Nantes Métropole, Bouygues Construction, Lafarge Holcim, CSTB, CNRS, etc.) ont démarré la construction à Nantes d’un logement social d’environ 95 m2 pour Nantes Métropole Habitat. C’est le projet «Yhnova».

En fait, le chantier avait déjà commencé cet été par la réalisation des terrassements et d’une dalle parfaitement lisse pour qu’un robot-maçon puisse évoluer sans souci. Avec ses différentes buses, ce robot articulé est l’élément clé du système constructif. Posé sur un AGV («automated guide véhicule») dont les trajectoires sont guidées par un capteur laser, ce robot a commencé à déposer deux couches de mousse type expansive tout autour de la dalle. Elles serviront de coffrage et, après avoir ajouté des armatures, le robot viendra déposer le béton. Une fois l’élévation des murs terminés (en fin de semaine), la mousse reste en place pour obtenir une isolation optimale et sera ensuite recouverte par un enduit extérieur. Quant au robot, une fois son travail effectué, il peut ressortir tranquillement par une ouverture prévue à cet effet.

 

Yhnova – BatiPrint 3D: la préparation

 

Intérêts divers

 

Pour le maître d’ouvrage, Nantes Métropole Habitat, cette technique trouve tout son intérêt car le projet étant implanté sur un site boisé classé, il n’aurait sans doute jamais pu voir le jour avec une construction traditionnelle. «Les architectes Tica ont su tirer profit de l’impression 3D en dessinant une maison qui se glisse entre les arbres» explique Luc Stéphan, directeur de l’innovation.

Pour l’entreprise, Bouygues construction Grand Ouest, l’intérêt est autre. «Nous voyons dans cette solution un potentiel pour réduire les taches pénibles sur le chantier» explique Bruno Lineatte, directeur R&D modes constructifs bâtiment chez Bouygues Construction.

Passer d’un robot d’impression 3D à la construction d’une vraie maison individuelle a nécessité l’implication de nombreux acteurs allant du bureau de contrôle Socotec au bureau d’étude Egis, en passant par la SMA, assureur de l’ouvrage pour Nantes Métropole Habitat. En contribuant à ce projet, dont le coût s’élève à 195 000 euros (intégrant les coûts de développement spécifiques), tous espèrent faire évoluer la construction en général et leur métier en particulier. «Durant la première année, Yhnova sera équipée de capteurs et de domotique afin d’évaluer et d’analyser le comportement des matériaux et la qualité thermique et acoustique» explique Luc Stéphan. A suivre.

 

Yhnova – BatiPrint 3D: le teaser

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X