Transport et infrastructures

Le Grand stade de Lyon désormais à portée de Tram

Mots clés : Rénovation d'ouvrage - Transport collectif urbain

Le Sytral a inauguré, mardi 1er décembre, l’accès nord du Grand Stade de l’Olympique Lyonnais qui sera accessible, les soirs de matchs, par le Tramway T3. Outre cette extension du réseau, l’espace public a été traité et mis en lumière.

Le 9 janvier prochain se jouera le premier match de l’OL dans l’enceinte du Grand Stade, basée sur la commune de Décines, dans l’Est lyonnais. Pour permettre au public d’arriver au plus près du stade, le Sytral a réalisé un débranchement de 600 m depuis la ligne existante de tramway T3, entre les stations «Décines Grand Large» et «Meyzieu Gare» et créé quatre quais sur le parvis nord. Deux d’entre eux sont destinés aux navettes tramway qui rejoignent Meyzieu les Panettes, un en direction de Vaulx-en-Velin La Soie et un autre pour La Part-Dieu Villette Sud. Un local technique d’exploitation de 300 m2 a également été bâti sur trois niveaux et accueillera le poste de contrôle et de régulation.

Sur l’accès nord de l’enceinte sportive, une vaste esplanade de 17 000 m2 accueillera les futurs spectateurs, les voies dédiées aux modes doux, ainsi que des parkings et des espaces de détente et de loisirs. «L’objectif est de proposer une ambiance résolument végétale aux abords du stade, de conserver les boisements existants et de les renforcer par la plantation de bosquets, en harmonie avec les espèces d’arbres déjà présente», souligne le Systral.

 

Mise en lumière

 

La mise en lumière de cet espace public, confiée aux équipes de LEA, repose sur sept mâts de grande hauteur en béton et couronnes en inox, répartis sur un axe principal asymétrique. «Ceci permet de ne pas surcharger l’espace en de multiples émergences verticales et de donner une identité forte au lieu. Ces mâts sont le support de couronnes originales en alvéoles reprenant les faces hexagonales et pentagonales d’un ballon de football», indique le concepteur lumière.

De petits candélabres éclairent les trottoirs et voies «modes doux», tandis que les chaussées de l’avenue Jean-Jaurès et de la voie nouvelle sont éclairées par des candélabres fonctionnels au design simple dont l’efficacité est la priorité.

Le projet conduit par LEA «répond aux critères de l’écologie de la lumière urbaine et du développement d’un éclairage public soutenable par la précision photométrique des instruments d’éclairage mis en œuvre, par la programmation temporelle des allumages, l’abaissement notable de la puissance des sources et une économie sensible de la consommation électrique».

Le coût global du débranchement et des aménagements associés s’élève à 33,7 M€.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X