Collectivités territoriales

Le Grand Est lance la révision de ses contrats de plan

Mots clés : Contrat de projet Etat-région - Etat et collectivités locales - Gouvernement

Jean-Michel Baylet, le ministre des Collectivités territoriales, avait donné rendez-vous en juin. En bon élève qu’elle est, la région du Grand Est l’honore. Elle est l’une des premières à actionner la «clause de revoyure» des contrats de plan, qui découle de la réforme territoriale: les contrats 2015-2020 ayant été signés dans le périmètre des 22 anciennes régions, il faut les adapter au passage à 13 et c’est l’occasion de les réviser, certes de manière limitée, puisque l’encre des documents est à peine sèche.

S’agissant du Grand Est, la revoyure s’en tient d’ailleurs à un simple «ajustement» sur le plan financier, convient son président Philippe Richert: elle permet de grignoter 80 millions d’euros supplémentaires (50 de la région et 30 de l’Etat) pour parvenir à un total de 2,084 milliards d’euros qui sera proposé à l’approbation de Paris, après concertation avec les collectivités. Format XXL des nouvelles régions oblige, cela fait du monde: ce 13 juin, la Conférence territoriale de l’action publique (CTAP), qui a discuté entre autres de cette clause de revoyure, a rassemblé à Strasbourg pas moins de 87 collectivités d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne.

 

Priorité aux transports

 

L’intérêt de l’exercice réside surtout dans la définition de quelques priorités parmi les priorités. La nouvelle région en identifie une dizaine. Le chapitre «mobilités» s’y taille la part du lion. La liste comprend, en Champagne-Ardenne, l’achèvement des travaux de l’autoroute A304, l’électrification de la ligne ferroviaire Paris-Troyes et la rénovation de celle entre Charleville-Mézières et Givet, en Lorraine, la poursuite de l’aménagement de la RN4, en Alsace, le contournement de Châtenois au pied du tunnel vosgien Maurice-Lemaire et la création de la quatrième voie ferroviaire au nord de Strasbourg.

La nouvelle mouture découle de quelques «principes» énoncés par Philippe Richert: «Garder l’équilibre global, ne pas fusionner les trois précédents contrats en un seul ni déshabiller l’un pour habiller un autre, pas de fongibilité des crédits entre les thèmes, priorité à ce qui se fera vraiment et aux opérations à terminer».

En somme, du bon sens et de la prudence que le président de l’Association des régions de France conseillera sans doute à ses collègues qui lui emboîteront le pas.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X